« Back home

Affaire Ben Barka : Benamou et Kahn passent sous silence l’implication du Mossad

Désinformation. 50 ans après l'assassinat politique de l'opposant marocain Mehdi Ben Barka, de nombreux "journalistes" continuent d'occulter le rôle déterminant d'Israël. Exemple : le documentaire de Georges-Marc Benamou, diffusé dimanche sur France 5.

Le 30.10.2015 à 21h17

S'ils avaient vécu dans les années 60, Caroline Fourest et ses homologues de la galaxie médiatico-sioniste auraient déjà tenté de la discréditer en la qualifiant de "théorie du complot". 

Quoi donc? L'évocation de l'implication du Mossad dans l'élimination -en 1965, à Paris- de Mehdi Ben Barka.

Ce secret de polichinelle, dévoilé dès 1966 par deux journalistes israéliens du magazine Bul, a encore été confirmé, en mars dernier, par le quotidien israélien Yediot Aharonot et mis en perspective par l'historien français Gérald Arboit.

Peu importe pour le documentariste Georges-Marc Benamou.

Ancien protégé de Pierre Bergé et Bernard-Henri Lévy, confident de François Mitterrand et conseiller de Nicolas Sarkozy, l'homme vient de remettre sa copie à France Télévisions, groupe public co-financier du projet– à travers un film qu'il a lui-même produit.

Intitulé "Affaire Ben Barka, le dernier secret" et co-écrit avec Frédéric Ploquin (journaliste "police" de Marianne et proche de l'ultra-sioniste Sammy Ghozlan), le film -diffusé le 25 octobre sur France 5- réussit le tour de force de passer totalement sous silence la participation active du Mossad, depuis son répérage de Ben Barka à Genève jusqu'à l'évacuation de son corps en direction d'un bois parisien dans lequel il sera enterré. Seule la mention d'une vague "surveillance" est brièvement formulée durant les 50 minutes du documentaire.

Détail significatif : régulièrement sollicité dans le film, Jean-François Kahn (alors journaliste à L'Express, magazine du pro-israélien Jean-Jacques Servan-Schreiber) n'évoque pas non plus cet aspect et préfère insister sur la responsabilité principale du roi Hassan II et des "barbouzes".

En 2008, Kahn (devenu directeur-fondateur de Mariannetenait alors les propos suivants dans Israël Magazine: "On est, à Marianne, l’un des journaux de France où il y a le plus de juifs sionistes".

Rappel : l'homme s'est fait connaître auprès de l'opinion publique (en 1965-66) à la suite de ses enquêtes retentissantes sur l'affaire Ben Barka.

Particularité : ses nombreux papiers sur le sujet -soulignant notamment le rôle trouble de policiers français- avaient systématiquement passé sous silence l'implication du Mossad dans l'enlèvement et l'assassinat de l'opposant marocain.

Détail éloquent : encensé comme l'une des figures emblématiques du journalisme d'investigation en France, le co-auteur des enquêtes de Jean-François Kahn sur la mort de Mehdi Ben Barka était Jacques Derogy, un homme –qualifié incidemment par Libération de "militant d'Israël"– qui avait rédigé plusieurs ouvrages élogieux envers le régime de Tel Aviv.

Ploquin, co-auteur du documentaire de France 5, fait d'ailleurs le lien entre Benamou, Kahn et Derogy.

Il avait prolongé "l'enquête" sélective de Derogy (mort en 1997) en publiant –en 1999– un ouvrage co-signé sur l'affaire.

Kahn-Derogy-Benamou-Ploquin : la frange sioniste des journalistes mainstream avait réussi à occulter discrètement la responsabilité criminelle d'Israël dans l'affaire Ben Berka.

Jusqu'à ce jour.

HICHAM HAMZA

Bonus : voici le lien pour consulter la vidéo de Benamou, en ligne jusqu'au 1er novembre.

http://pluzz.francetv.fr/videos/affaire_ben_barka_le_dernier_secret_,130063275.html

Pour plus d'informations sur l'affaire Ben Barka, consultez le long papier -fourni en révélations- de l'auteur de ces lignes : http://www.panamza.com/301014-ben-barka/

Cet article vous a intéressé?

Soutenez le journalisme d'investigation de Panamza, la gazette de l'info subversive ! 

Rejoignez les followers de Facebook /Twitter/Youtube 

ET contribuez personnellement au développement fulgurant du site : faites un don ici pour consolider ce média indépendant !

4 responses to Affaire Ben Barka : Benamou et Kahn passent sous silence l’implication du Mossad

  1. On octobre 31st, 2015 at 04:31 , Mesmar said...

    Le premier bureau du Mossad dans le monde arabe a été inauguré au Maroc en 1961. Ce service secret a toujours aidé le roi Hassan II à se débarrasser de ses opposants politiques, (jusqu'à sa mort, le roi avait pour conseiller Azouley maire d'Essaouira, et qui aujourd'hui toujours le conseiller de Mohammed VI, comme quoi…) Et ce nid d'assassins qu'est le Mossad a toujours oeuvré pour déstabiliser le monde arabe. Et voilà le malheur de ce dernier : tous ses dirigeants sont corrompus, comme leurs homologues israéliens.

    Quand au corps de Ben Barka, il n'a la été enterré mais dissout dans une baignoire d'acide comme l'a révèle l'un des ravisseurs un agent secret marocain il y a quelques années.

  2. On octobre 31st, 2015 at 15:46 , yann said...

    A quand un numero spécial de marianne sur le 11 septembre revisite, oubliant le role d israel?

  3. On octobre 31st, 2015 at 23:01 , Arrière garde said...

    Les journaleux ne doivent pas parler du mossad, du phosphore blanc et du sionisme, tout ça "probablement" au nom de l'indépendance de la presse et de la liberté d'expression ! Quelle belle image du business de la pleurnichosphere, non ?

  4. On novembre 1st, 2015 at 18:10 , Ruth Elkrief said...

    le boulot du journaliste ne vaut plus la peine. on est dépassé par la pression des dinosaures. essayons de contribuer à vulgariser PANAMZA dans le même sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− 1 = 6

« Back home