« Back home

Nicolas Sarkozy, du fichage policier des musulmans pratiquants aux réunions secrètes sur l’islam

Pour retourner à l’Elysée, Nicolas Sarkozy ressort la carte de l’islamophobie afin d’attirer les électeurs du Front national. Plus qu’une tactique conjoncturelle, la stigmatisation des musulmans fait partie intégrante de la stratégie politique menée depuis neuf ans par l'ancien chef d'Etat. Illustration.

Le 04.06.2015 , mis à jour le 23.08.2016

Identité nationale, burqa, refus du voile à l'université, menus de susbstitution dans les cantines, prières de rue, nounous voilées, réservations de piscine, obsession chronique au sujet de Tariq Ramadan, mise en avant d'Hassen Chalghoumi, expulsion en fanfare d’imams marginaux, entre autres gadgets : l’islam comme objet de terreur exotique a considérablement été exploité par les pouvoirs publics, la majorité présidentielle ou l'opposition depuis 2007. Nombre de commentateurs indulgents y ont vu une simple volonté électoraliste de la part -notamment- de l'ex-UMP, désireuse de récupérer les voix du Front national. C’est ignorer pourtant un aspect fondamental -et jamais débattu- de la politique mise en oeuvre par l'ultra-sioniste Nicolas Sarkozy durant son mandat : le fichage policier d’une part croissante de la population musulmane française.

Une information édifiante figure en ce sens dans un ouvrage publié en 2012 et intitulé L’espion du président. La brillante enquête menée par les journalistes Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé confirme ce qui faisait auparavant l’objet d’une rumeur dans les cercles associatifs musulmans. Extrait issu du chapitre 18:

Cristina, fichier de la DCRI, recense tous ceux qui peuvent de près ou de loin porter atteinte à la sécurité du territoire. Concernant la communauté musulmane, Cristina est doté d’un véritabe estomac d’autruche, avalant un peu tout et n’importe qui. Chaque année, les départs à La Mecque, suivis avec attention par les antennes DCRI des aéroports parisiens, sont l’occasion d’y faire entrer de nouveaux noms. Parmi ces pélerins, beaucoup n’ont aucun lien avec un quelconque islamisme radical. La « répression préventive », c’est le leimotiv du Squale en matière de terrorisme.

Police politique

Le « Squale » était le surnom prêté à Bernard Squarcini, ex-responsable de la Direction centrale du renseignement intérieur (et proche de l'ancien président du CRIF). Cette structure policière (ex-DCRI, désormais remplacée par la DGSI) est née en 2008 à la suite de la fusion entre les RG et la DST. Quant au fichier Cristina, celui-ci constitue la base de données, classée "secret-défense", dans laquelle figurent les noms des dizaines de milliers de Français, soupçonnés de pouvoir porter atteinte "aux intérets fondamentaux de la Nation". Son domaine spécifique et officiel : la lutte contre le terrorisme associée au contre-espionnage. Sur un plan pratique, le fichier Cristina, amplifiant la collecte des renseignements dévolus depuis 1997 à la DST, est essentiellement géré par ce qui était dénommé -au sein de l'ancienne DCRI- la "sous-division R". Ce groupe de policiers, alors dirigé par le commissaire divisionnaire Stéphane Tijardovic, opère dans une opacité totale. Comme le révèle L’espion du président, ils sont également habilités, sans contrôle d’une autorité indépendante, à mettre sur écoute, par téléphone ou internet, quiconque leur paraîtra susceptible, en raison de sa "radicalité" (terme-prétexte nébuleux par excellence), de devoir faire l’objet d’une surveillance particulière. De même, ils pratiquent au besoin le "siphonnage" à distance des disques durs ou la sonorisation des appartements après avoir commis une effraction indolore de la porte d’entrée. Leur règle selon les auteurs de l’enquête : le "pas vu, pas pris". 

Précision d'actualité : la loi Renseignement, voulue par Manuel Valls et en cours d'adoption par le Parlement, vient essentiellement entériner, couvrir et valider ces pratiques illégales.

Le chapitre 18 de l’ouvrage révèle en détail l’instrumentalisation politique de l’anti-terrorisme : lorsqu’il s’agissait ainsi d’étouffer une affaire compromettante pour l’Elysée, l'ex-patron de la DCRI savait pratiquer la diversion de médias complaisants en faisant "fuiter" tel ou tel pseudo-danger imminent associé à l’islamisme. Quant au fichier Cristina, instauré depuis 2008 et emblématique des dérives du pouvoir, il est le fruit de la rencontre entre le sarkozysme ultra-sécuritaire aux penchants islamophobes et la haute technologie dédiée à la surveillance policière. Contrairement au fichier Edvige, largement débattu en raison de son intrusion dans la vie privée des militants syndicaux ou associatifs, le fichier Cristina, plus focalisé sur la menace "islamo-terroriste", n’a pas fait l’objet d’une controverse depuis sa mise en place.

Davantage que le discours relatif au halal ou à la burqa, cette inscription policière de plus en plus de musulmans français, devenus soudainement suspects en raison de leur pélerinage à La Mecque, en dit long sur le clan sarkozyste. Un groupe d’hommes et de femmes -digne par ses pratiques secrètes d’un cartel- qui n’hésitait pourtant pas à pousser des cris d’orfraie lorsque les éditorialistes de l’Humanité dénonçaient le pétainisme rampant de Nicolas Sarkozy. Un parallèle historique est pourtant envisageable : le dernier homme d’Etat a avoir fiché à grande échelle des individus en raison de leur identité religieuse se nommait précisément Philippe Pétain.

Un mépris viscéral

Aujourd'hui, jeudi 4 juin, l'ex-UMP devenu  "les Républicains" organise, non pas une "convention" (ouverte aux médias) mais une "réunion de travail" à propos de l'islam de France (selon les termes employés –ce matin, sur Europe 1– par le député Henri Guaino, ex-conseiller à l'Élysée).  

Parmi les convives ayant accepté une telle opération : outre le prévisible Hassen Chalghoumi, signalons la venue importante de Dalil Boubakeur, président –décoré par Manuel Valls du Conseil français du culte musulman, admirateur méconnu d'Israël et ami de l'islamophobe Claude Goasguen (également présent aujourd'hui, comme sa collègue Nadine Morano).

Une telle discussion, "à huis clos", à propos d'une seule religion (et non du dialogue interreligieux ou de la lutte contre l'extrémisme religieux en général) était justifiée, hier soir, par le président des "Républicains": Nicolas Sarkozy (alias Paul Bismuth).



Le 13 janvier, une image révélatrice a surgi grâce au web : l'ancien président de la République avait oublié la présence de la caméra dans le studio de RTL. Résultat: la grimace édifiante qu'il laissa échapper en apprenant la conversion à l'islam d'une auditrice.



Nulle surprise à propos d'un tel rejet intime et spontané de la foi musulmane : l'homme  -qui n'hésite pas, en parallèle, à déclarer en Israël que "l'humanité" toute entière aurait "une dette envers le peuple juif"– est réputé, parmi ceux qui l'ont côtoyé, pour sa répulsion envers la seconde religion du pays et la première -en expansion- dans le monde.

Fin 2007, le correspondant de Libération à Bruxelles, Jean Quatremer, avait déjà rapporté une stupéfiante anecdote, passée alors inaperçue, au sujet de l’islamophobie régulièrement imputée à l'ancien chef de l'État: 

L’histoire se raconte dans les chancelleries européennes. Selon mes sources, le chef de l’Etat s’est lancé dans un monologue confus d’une vingtaine de minutes, "dans un langage très dur, très familier, choquant pour tout dire", contre le "trop grand nombre de musulmans présents en Europe " et leurs difficultés d’intégration. Il a aussi décrit de façon apocalyptique le "choc de civilisation" qui oppose les musulmans à l’occident. 

Et Jean Quatremer de conclure :

Elles en ont, en tout cas, retiré la désagréable sensation que Sarkozy, non seulement avait un sérieux problème avec les musulmans, mais avait du mal à maîtriser ses nerfs. 

Quelques mois plus tôt, en février 2007, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et candidat à la magistrature suprême, avait reçu des militants associatifs de Nanterre pour aborder les questions relatives à la banlieue. L’un des participants filma secrètement la rencontre. A partir d’une demi-heure de rushes, une web-tv, dénommée Icetream.tv et reliée à l’association Grignywood, réalisa un montage de 4 minutes pour restituer l’essentiel des déclarations. Le 17 avril, à la veille du premier tour des élections présidentielles, la vidéo avait été mise en ligne après avoir été refusée par la plupart des chaînes de télévision. À partir d’1mn 15, Nicolas Sarkozy tenait les propos suivants:

La communauté turque, elle s’intègre pas ! 

Ils parlent entre eux, ils se marient entre eux, ils vivent entre eux !

Un autre aspect de l'islamophobie d'État alors promue par Nicolas Sarkozy mérite ici d'être souligné, notamment à l'égard des nombreux citoyens s'interrogeant encore sur les tenants et aboutisssants de la sombre affaire Merah.

En février 2012, un mois avant les événements survenus à Toulouse et Montauban, Frédéric Martel, alors chroniqueur dans l'Express, publiait une analyse, à la fois spéculative et étayée par ses propres sources d'information, sur la statégie anti-islam pronée auprès de Nicolas Sarkozy -à la veille de la campagne présidentielle- par Patrick Buisson. Rappel : ce dernier, ami intime de Jeannette Bougrab,  est l'ex-directeur d'un hebdomadaire d'extrême droite dont la défense judiciaire est désormais assurée avec zèle par un avocat-militant UMP, par ailleurs co-directeur du Crif et proche de Benyamin Netanyahou

Rétrospectivement, le papier de Martel -particulièrement instructif sur la convergence des groupes et personnalités islamophobes- a gagné en force. Extraits (passages en gras soulignés par Panamza): 

Tout récemment, j'assistais à un débat public dans une enceinte de gauche et un intervenant s'est fait applaudir en disant simplement, calmement, qu'il n'était pas favorable au vote des étrangers aux élections locales. C'est aussi ce que répète à longueur de chroniques et sur tous les plateaux de télé, Caroline Fourest -qui sait bien prendre le pouls de l'opinion de gauche. Elle fut, elle aussi, applaudie longuement par les militants socialistes lors de la Convention sur l'égalité en décembre 2010 dans un discours habile, quoique entièrement hostile à la diversité et à la culture des français issus de l'immigration

Sur le droit de vote des étrangers, dont elle a déjà dit tout le mal qu'elle pensait dans Le Monde et sur France Inter, Caroline Fourest sera la boussole indiquant le Nord-Sarkozyste durant les semaines à venir.  

Claude Guéant ne fait pas autre chose que de tester de telles idées pour le compte du président. D'ou sa sortie très millimétrée hier sur le fait que"toutes les civilisations ne se valent pas", et sa réponse ce dimanche matin sur RTL: "Notre civilisation nous y tenons. Nous refusons le communautarisme à la différence de la gauche". Le thème de la vraie laïcité contre le communautarisme de François Hollande va être martelé dès l'entrée en campagne de Sarkozy avec une puissance extrême.

L'islamisme au coeur de la campagne 

Plus pervers, il est possible que Sarkozy attende aussi un évènement du type de celui de la gare du Nord pour lancer un vaste débat en France. Il peut également encourager ses lieutenants à s'en prendre à François Hollande et à son entourage sur toute compromission vis à vis de l'Islam. S'il trouve le moindre conseiller qui n'est pas tout à fait "casher", la moindre personne liée à des islamistes, il n'hésitera pas à faire d'un épiphénomène un sujet national. Ainsi, des proches du président ont déjà "briefé" certains journalistes sur les liens supposés entre des proches conseillers de François Hollande et le Maroc. Selon mes informations, les réseaux algériens du chef de l'État sont à l'origine de cette cabale et de ces rumeurs (François Hollande a prévu un voyage au Maroc et il pourrait faire l'objet de critiques à cette occasion). Une campagne sur ce registre est donc à prévoir, dans la même lignée que la campagne de rumeurs, totalement infondées, l'été dernier, à l'égard du mari "islamiste" de Martine Aubry. Cette campagne contre Jean-Louis Brochen, pourtant avocat catholique, d'origine bourgeoise, bretonne et symbole de la laïcité lilloise (il est contre le voile et plus encore contre la burqa), ont savamment été entretenues par l'Élysée et par un chef de l'État qui n'hésitait pas à évoquer lui-même "Martine et Martine", allusion sibylline à une légende hostile à un maure islamiste. Ici encore, c'est Caroline Fourest qui fut la principale responsable de la médiatisation de cette fausse rumeur… 

L'objectif du président-sortant n'est pas seulement, en la matière, de convaincre la gauche: ce qu'il veut, c'est contraindre les électeurs du Front National à penser que François Hollande risque de faire émerger des quartiers, des arrondissements et peut-être même des villes islamistes en France. 

Qu'il aime ou pas cette stratégie que lui a vendue son conseiller Patrick Buisson, Nicolas Sarkozy n'a de toute façon pas d'autres choix que de faire la guerre s'il veut gagner.

Car en fin de compte, l'idéologie sarkozyste n'est que cela: une tentative de prendre ou de conserver le pouvoir par tous les moyens; l'absence totale d'idéologie et de "colonne vertébrale"; et, bientôt, la guerre culturelle.  

Et si, en fin de compte, par hasard -et par malheur- il était réélu, je suis certain qu'il serait, une nouvelle fois, entre 2012 et 2017, le digne héritier de Nixon. Car son second mandat ne s'achèvera pas sans un Watergate.

Scénario cauchemardesque de 2017 pour les citoyens -musulmans ou non- hostiles à l'islamophobie : devoir choisir, au second tour de l'élection présidentielle, entre les trois tribuns complémentaires de la stigmatisation antimusulmane que sont Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et Manuel Valls.

HICHAM HAMZA

Cet article vous a intéressé?

Rejoignez les followers de Facebook /Twitter/Youtube 

ET contribuez personnellement au développement fulgurant d'un site de plus en plus en danger.

Faites un don ici pour renforcer le seul média menacé par le gouvernement !

13 responses to Nicolas Sarkozy, du fichage policier des musulmans pratiquants aux réunions secrètes sur l’islam

  1. On juin 4th, 2015 at 21:08 , jha said...

    Sarkozy la bave aux lèvres,à genoux rêve d'être réincarné en américain dans sa prochaine vie…

    Valls tellement  attaché à Israel qu'il en tremble…

    Marine Lepen à un orgasme juste à l'idée d'être invitée au dîner du CRIjF…

    Les français doivent se faire à l'idée de manger des ogm,boeuf aux hormones et du poulet à la javel…TAFTA.

    Quand aux musulmans…mieux vaut manger du porc que voter pour ces trois mange merde.

  2. On juin 5th, 2015 at 00:06 , magistral said...

    Je ne cesse de le repeter mais a nouveau exellent boulot PANAMZA .

    Une question se pose .. quel alternative ? je pense sincerement que c est plier et que malheureusement rien ne changera ce n est pas un aveu de defaite .mais ca ne sent pas tres bon et cela va crescendo .j ai u  semblant de reponse    a ma propre question que je souhaite partager certe elle n est pas des plus audacieuse mais n est il pas preferable de les laisser entre eux et s en aller vers des terres plus reculer 

    Bien cordialement 

  3. On juin 5th, 2015 at 10:19 , Genc Osman said...

    La solution pour les musulmans? S’abstenir de voter. Ce n’est que de cette manière que les musulmans pourront faire entendre leur voix. Donc au final hormis des élections municipales qui sont importantes car elles touchent directement la vie quotidienne des habitants d’une ville, les musulmans doivent boycotter toutes les élections. La masse d’abstention des musulmans en France se verra forcément et de ce fait les politiciens seront obligés de mieux considérer cet électorat.

  4. On juin 7th, 2015 at 11:29 , Bonny said...

    Au contraire les musulmans doivent se pronnoncer massivement dans toutes les éléctions pour affirmer leur poids et de ce fait affirmer leur existence !

  5. On juin 10th, 2015 at 15:10 , touslesmemes said...

    Et Hop une petite glissade sur les réseaux algériens qui luttent contre la visite de Hollande au Maroc…. Méchants algéro-sionistes loooooooooooooool

     

  6. On juin 17th, 2015 at 13:14 , Actrarus said...

    Tout dabord pour les croyants chretien juif et musulman nous avons une constitution :se sont les commendement du createur.DONC VOTE  voudrait simplement dire rejetter les lois divines pour les loi terrestre.OOH je sais certain vont me traite de naif mais qu on le veuille ou non c est du cherk.Si on veut que leur systeme s effondre il suffit de ne pas voter 70% dabstention et c est fini pour c'est la raison pour laquelle ils veulent le rendre obligatoire ils commence a paniquer.

  7. On juin 17th, 2015 at 20:18 , mcfr said...

    La France est devenue le centre de l'islamophobie mondiale. Il faut combattre le mal à la racine et s'organiser en France contre la diffamation islamophobe des médias. Sinon, le monde entier va être contaminé par le racisme anti-musulman originaire de l'hexagone.

     

    https://fascismeetislamophobie.wordpress.com/2015/06/09/france-centre-mondial-de-lislamophobie/

  8. On juin 24th, 2015 at 03:59 , Isloane said...

    Les "musulmans" dont il est question sont d'abord des Français.

    Ces Français sont accessoirement musulmans ; et plus accessoirement, ils peuvent être : pratiquants, convertis, culturels, sympathisants. Un 0.01% est extrêmiste (et même plus forcément français), et un 0.001% est de la chair à canon pour nos services secrets. [J'espère que je ne choque personne mais les Saouds ont les finances généreuses dans certains de nos quartiers].

    Et aucun ne pourra jamais trahir son pays comme l'a fait Nicolas Mallah-Sarközy (mais il n'en a pas vraiment, en fait, de pays).

  9. On août 23rd, 2016 at 22:20 , AS said...

    la chute de l'etat francais est inevitable dans les prochaines semaines, rien ne peut l'arreter pas meme un 11 septembre nucleaire chimique en france

  10. On août 24th, 2016 at 12:43 , cosworth57200 said...

    Le vote aux élections locales des étrangers (hors UE) pose plusieurs problèmes qui ne sont même pas abordés dans ce billet. D'une part, il nécessiterait d'ores et déjà une révision de la constitution et il est nul besoin d'être grand devin pour savoir qu'il n'y a pas de majorité enviageable dans ce sens; d'autre part, les élections locales conduisent à élire ceux qui sont appelés "grands électeurs", seuls électeurs admis pour voter aux élections sénatoriales et les sénateurs sont membres du Congrès qui peut modifier la constitution. Même si l'influence du votes des étrangers (hors UE)  ne serait  probablement qu'à la marge, il est hors de question de permettre à ces étrangers d'influer sur une modification de la constitution.

  11. On août 24th, 2016 at 16:14 , Mesmar said...

    Il faut que tous les musulmans de France ne votent pas pour des sionistes avérés. D'ailleurs ils le sont tous !

    Quand Sarkozy reproche aux Turcs de ne pas s'intégrer et de ne se marier qu'entre eux ( c'est archi faux car j'ai travaillé dans le milieu associatif en Alsace et j'étais un témoin direct de l'intégration des Turcs et leurs différents mariages avec les autres communautés, y compris la française de souche !), mais qu'en est-il des juifs puisqu'il l'est lui même ? Cecilia et Carla sont juives, son fils s'est fiancé à une juive fortuné, etc. Et cet hurluberlu ose pointer du doigt le communautarisme supposé des Turcs et passe sous silence le communautarisme réel des juifs comme lui… Ah, j'ai oublié d'où lui vient la haine du Turc (transmise de génération à génération chez les descendants des khazars et les descendants des Dömhné) ! Avec un père juif hongrois et une mère juive de Thessalonique, on comprend son "différent" avec les descendants des Ottomans…

    Nicolas de Sarközy de Nagy- Bocsa vous trouvez que ça sonne français de souche ?

  12. On août 24th, 2016 at 21:02 , Mornet said...

    Merci PANAMZA pour le journalisme d’investigation dont vous vous consacrez.
    Je vous passe le salam.

  13. On août 25th, 2016 at 11:46 , gumbar said...

    Passionnant article dans le dernier Vanity Fair sur le duo "Elkhiroun", le couple de pouvoir le plus influent de Paris, ou l'on apprend que le porte-flingue de Lagardere, bien que né de parents musulmans, a grandi dans le quartier juif de Sarcelles, qu'il s'est converti au judaisme "par amour", qu'il prend regulierement ses consignes aupres du grand rabbin de France, et cultive soigneusement ses amities maconniques dans la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


3 + = 8

« Back home