« Back home

Contre l’islam, pour Israël : Boualem Sansal, superstar des jurys littéraires

Business de la peur. Dans son dernier roman, Boualem Sansal prédit une domination mondiale des "islamistes": l'écrivain algérien, admirateur d'Israël, est désormais le grand favori des prix littéraires de cette rentrée.

Le 01.10.2015 à 13h13

Imaginons le scénario cauchemardesque suivant : dans un monde parallèle, l'écrivain Michel Houellebecq et l'imam Hassen Chalghoumi combinent leurs cerveaux en laboratoire pour donner naissance à un fils. Celui-ci deviendra de plus en plus radicalisé en grandissant. Son nom : Boualem Sansal. Son point commun avec ses deux "pères" spirituels : l'islamophobie bon chic bon genre de l'un (Michel), le sionisme inconditionnel de l'autre (Hassen). Son radicalisme : aller encore plus loin dans la dénonciation de l'islam et la promotion d'Israël.

Exemple, le 10 septembre 2015, sur France Inter : Sansal faisait ainsi savoir -pour le plus grand plaisir de l'extrême droite 2.0 Fdesouche– que "l'islam est tout à fait incompatible avec la démocratie".



Deux jours plus tard, face à la communautariste Anne Sinclair, il fit de la surenchère : pour lui, islam et islamisme seraient actuellement en train de se confondre.



Le 18 septembre, bingo : Le Monde révélait que Sansal était dorévanant -pour son dernier roman intitulé 2084– "plébiscité par les jurés littéraires" (Goncourt, Renaudot, Médicis, Interallié, Femina, Flore).

Il était temps : la double stratégie consistant à dénoncer une redoutable expansion mondiale de l'islam et à encenser les charmes du régime colonial de Tel Aviv remonte -au moins- à 2012 chez Sansal. Il fut alors l'invité d'honneur du Festival du livre de Jérusalem. Comme l'illustre ce reportage d'Arte, il n'hésita pas, sur place, à y dépeindre les Iraniens comme des individus globalement et stupidement hostiles à Israël.



De passage ensuite en France, il accorda un entretien à Mediapart au cours duquel il contesta, sans rire, la réalité de tout "fait colonial" dans la question israélo-palestinienne (à 8'18).



Le 21 octobre 2013, Sansal participait également -en compagnie d'un certain Manuel Valls– à la remise d'un prix "laïcité" à Jeannette Bougrab lors d'une soirée organisée par un groupuscule para-maconnique préoccupé par l'islam.



Le 4 décembre 2013, l'écrivain algérien était au Sénat pour recevoir le prix Jean Zay décerné par le président du Parti Radical de Gauche .

Après avoir écorché son nom lors de la cérémonie, Jean-Michel Baylet (franc-maçon du Grand Orient de France, membre du groupe France-Israël et signataire d'une pétition hostile à la reconnaissance de la Palestine par l'ONU) lui a également remis un chèque de "1905 euros" en référence à l'année de séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Dans son livre récompensé par Baylet et intitulé "Gouverner au nom d’Allah. Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe" , Boualem mettait déjà en garde contre "l'islamisation du monde" et comparait la fondation de mosquées -ainsi que le développement des cours d'arabe- au tissage d'une "toile d'araignée".

Dans une tribune publiée -une semaine après la remise de son prix- par le Huffington Post d'Anne Sinclair, il fustigeait la faiblesse des "discours lénifiants et des mesurettes (sur le voile islamique, la viande halal dans les cantines scolaires, la mixité dans les piscines, la prière sur la voie publique…)" pour lutter contre le "fascisme islamiste".

Un an plus tard, le 3 décembre 2014, nouvelle "consécration" : Boualem Sansal fut invité au dîner du Crif d'Orléans. Extraits de son discours

 Je vois l’évidence et je constate avec effarement que l’islamisme a gagné la partie et que la haine de l’autre, si parfaitement incarnée dans la haine du juif, explose dans le monde. 

L’antisémitisme reprend du service comme jadis, dans tous les compartiments de la société, pas seulement dans l’extrême droite et les quartiers dits difficiles où là il s’exprime librement en paroles et en actes.

Mais plus que l’étendue et l’atrocité de ces maladies, c’est l’évolution du rapport de force qui m’inquiète. D’un côté l’islamisme et l’antisémitisme sont de plus en plus offensifs, inventifs, et de l’autre côté il y a nous, tétanisés par la peur, et nos États si timides, pour ne pas dire lâches ou pire attentifs comme s’ils s’accommodaient de ces dérives ou espéraient en tirer un profit. Quand on voit l’évolution des relations des Etats-Unis et de l’Europe avec l’Iran, l’Arabie, le Qatar, les maîtres du terrorisme et du djihad, on ne doute pas de leur penchant pour les accommodements contre nature.

S’agissant de l’antisémitisme, la réalité est d’un triste absolu : personne ne le combat réellement et donc il avance allègrement, il organise même des spectacles très courus. L’islamisme ambiant que l’on ménage de peur qu’il se radicalise, lui offre une onde porteuse très puissante. Il faut sortir de ce chantage à la paix sociale pour les uns au détriment des autres, il faut lui mener une guerre totale, minutieuse, acharnée.

Un mot sur le conflit israélo-palestinien. Ce conflit a connu des évolutions de plus en plus complexes qui rendent sa résolution quasi impossible, il était israélo-palestinien, il est devenu israélo-arabe, puis israélo-musulman, puis israélo-islamiste, et le cercle ne cesse de s’élargir. Israël doit se battre sur trente-six fronts, et pendant ce temps ses amis se font distants comme s’ils s’apprêtaient à changer de doctrine. Une démocratie au cœur du monde arabe ne leur semble plus une idée sensée, elle crée trop de remous autour d’elle, elle met à nu les voisins, ça les enrage. On se demande si la reconnaissance d’un État palestinien qui se discute en ce moment un peu partout dans les pays occidentaux est un geste pour amadouer les djihadistes, ou si c’est un appui au processus de paix entre Israël… et qui d’autres au fait (le Fatah, le Hamas, l’Iran, le Daesh ?) ou si elle n’est pas tout simplement la mise en œuvre de cette doctrine, sacrifier Israël pour apaiser la colère des fous d’Allah. C’est une erreur grave. Se substituer aux Palestiniens n’est pas les aider mais les traiter en mineurs et les empêcher de se réaliser par eux-mêmes, c’est agir comme ont fait les États arabes qui depuis 1948 exercent sur eux une tutelle débilitante dont le résultat sur la région et le monde est effarant. Les Palestiniens devraient d’abord se libérer de ceux qui se veulent leurs tuteurs et décider par eux-mêmes de leur destin, c’est la seule voie digne. Quand on est libre, on est fort et quand on est fort, on sait faire la paix. Je pense qu’ils devraient agir comme Israël qui ne cède jamais à personne la moindre parcelle de sa souveraineté.

Omniprésent dans les médias pour promouvoir son ouvrage avec la complicité complaisante de la plupart de ses interviewers, Boualem Sansal n'aura pas démérité la moisson des prix à venir.

Reste à savoir si le public suivra. Au regard de certains commentaires de lecteurs publiés sur le site Amazon, la qualité littéraire de son roman semble discutable.

Florilège :

Livre pour ados. On dirait du Tintin. Sauf qu'il n'y a pas d'action. Ni de dessins. Et beaucoup trop de bavardage et de pseudo-philosophie.

-C'est écrit de manière compliquée et ampoulée que cela en devient pénible à lire ! J'ai arrété au bout de 30 pages …épuisé.

Entre conte, parabole et pamphlet, on finit presque par trouver le propos puéril, là où la volonté de l'auteur était d'alerter.

J'attendais un écrit plus mordant, moins long à devenir intéressant. J'ai eu du mal à poursuivre durant les 70 premières pages. Les références voulues à l'islam et à ses excès sont parfois trop grossières.

-Admettons que la lecture du livre reste difficile : les chapitres manquent de nerf, un peu plâtreux,et il n'y a guère d'intrigue ou de rebond. Aucun personnage à qui s'attacher. Comme un trop gros avion, on plafonne sans jamais décoller. Comme si l'auteur n'avait pas réussi à relever la tête d'un sujet colossal, saturé et très plombant.

HICHAM HAMZA

Cet article vous a intéressé?

Soutenez le journalisme d'investigation de Panamza, la gazette de l'info subversive ! 

Rejoignez les followers de Facebook /Twitter/Youtube 

ET contribuez personnellement au développement fulgurant du site : faites un don ici pour consolider ce média indépendant !

16 responses to Contre l’islam, pour Israël : Boualem Sansal, superstar des jurys littéraires

  1. On octobre 1st, 2015 at 17:24 , asics13 said...

    On voit qu'il a besoin de manger, derrière son apparence de doux rêveur, se cache un vendu.

    Il a besoin de se faire greffer des couilles comme dirait Poutine. (Cadeau)

    Ma fille de 7 ans dit et écrit moins de bêtise.

    Merci PANANZA et bon courage.

     

  2. On octobre 1st, 2015 at 17:31 , Emir Abdelkader said...

    Bonjour, sachez que j'ai rencontrer Mr Sansal en 2003 en Algérie et il m'a dit qu'il sera l'homme le plus célébre dans quelques années car il allait devenir un islamophobe étonné je lui ai demandé pourquoi ? il m'a répondu qu'il allait démasquer le sionisme en france car il connaîtra le système et ainsi le fera se retourner contre les chiens salauds de sionistes. 

  3. On octobre 1st, 2015 at 20:14 , jha said...

    Sifaoui,Chalghoumi,Sansal,Ramadhan,les fréres musulmans tous oeuvrent directement ou indirectement contre l'Islam et les musulmans….Les sionistes font tout pour créer la confusion dans la tête des musulmans,et ils n'ont pas trop de mal vu les fonds inépuisables de tonton l'USURE dit Rothshield…

    Celui qui sauvera les musulmans de la confusion , n'a pas été nommé 'le bien guidé' pour rien !

  4. On octobre 2nd, 2015 at 13:47 , laurent said...

    je suis ce site depuis longtemps…mais lire ici que le livre de Houellebecq est islamophobe bon chic bon genre…honnetement…y'a un soucis…

    C'est pas parcequ'il a pu dire 2-3 conneries il y a 10 ans qu'il faut tout voir et tout lire à travers ce prisme unique…lisez le livre, et renseignez vous…de grace ne tombez pas dans le communautarisme primaire à l'envers… on a assez d'ennemis comme ca ! 

  5. On octobre 2nd, 2015 at 14:31 , Français chrétien et d'arrière garde said...

    Au risque de gâcher les petites fêtes des pleurnichards de l'avant garde, mais les seuls qui ne se serrent jamais la ceinture, même en temps de crise, (du reste eux ils font des bénéfices en temps de crise) sont: le petit gros flamby qui grossit encore et encore, comme ses mensonges, les mafieux politiciens donneurs de leçons, soutenant de manière éternelle l'extrême droite israhellienne (et son phosphore blanc) et les journaleux soumis vendeurs de morale, enfin tous ces escrocs de la pleunichosphere qui demande encore et encore à l'arrière garde, mais ne se sentent jamais concernés par les problèmes.

    Faire un geste en diminuant son salaire de gros mou ou de journaleux subventionné, ou tout simplement payer des impôts comme tout le monde, c'est trop demandé à l'avant garde sioniste ?

  6. On octobre 4th, 2015 at 00:10 , Thomas ratbius said...

    Y’a toujours moyen de se faire un billet pour le bien de la pleurnichosphère !

  7. On octobre 5th, 2015 at 16:26 , Mesmar said...

    Voilà un Faust à l'algérienne. Dépourvu de talent mais mis en avant comme un pare-brise par ses maîtres sionistes contre les vents de l'adversité et de la vérité. Mais il restera l'archétype du "vendu" au sens plein du terme. Et des "vendus" de son envergure sont légion en France. Il est fort dommage de s'abaisser à ce niveau-là pour gagner sa vie et la reconnaissance des autres. Mais l'Histoire ne pardonne pas…

  8. On octobre 5th, 2015 at 16:29 , Mesmar said...

    A-t-il voulu se comparer avec son livre "2084" à Orwell et son chef-d'oeuvre "1984" ? Si c'est le cas, c'est pathétique…

  9. On octobre 7th, 2015 at 00:53 , massou said...

    MESMAR DJHA

    Pourquoi à l'ALGERIENNE?? ya djha

  10. On octobre 7th, 2015 at 16:39 , Mesmar said...

    @massou : parce qu'il est Algérien ya wahd el qoqo3ou, ya cavi, ya haycha. 

  11. On octobre 9th, 2015 at 11:17 , Safiya said...

    Nous vivons une drôle d'époque. Ce que je viens de lire m'écoeure au plus profond. Georges Orwel, que cet écrivaillon tente de copier, prônait l'acte révolutionnaire de dire la vérité, il en est, lui, à des années lumière. Le malheur est qu'il fait des émules, Daoud, Kacimi etc. J'ai d'autant plus mal que je partage la même nationalité.

  12. On octobre 10th, 2015 at 14:18 , moore Rainbow said...

    Sansal ,un ecrivaillon à la solde des sionistes .Un aplaventriste ,un vendu à l'image de ses comparses les vils personnages,sifaoui ,daoud et chalghoumi alias charles goumi .

  13. On octobre 14th, 2015 at 17:33 , Biboss said...

     

    Ce sont des "esclaves de maison" plus vindicatifs que leurs maîtres. Tout en servilité et lacheté. Prêt à vendre leurs mères pour  "la gamelle".

    Aucun honneur, aucune fierté, aucune dignité.

    Je crois que les prostituées ont le cul plus propre que celui de ces vendus.

    Et je m'excuse encore, de la comparaison auprès des prostituées. J'espère qu'elles ne m'en voudront pas. Car je pense honnetement qu'il y a plus d'humanité et de dignité chez elles que chez ces pourceaux.

     

     

  14. On novembre 3rd, 2015 at 13:04 , El Mehdi said...

    Moi je suis en train de lire 2084 et je triouve ce livre génial…on y décrypte les mécanismes d'une dictature religieuse (semblables dans le fond à n'importe quelle autre dictature) mais la religion est là une puissante arme d'esclavage mental… qui peut le nier ?
    Perosnnellement je suis athée et cela ne m'empêche pas de développer une spiritualité. ex musulman (on m'avait imposé cette croyance débile à la naissance)…bref à mes yeux dieu, yoda, gandalf, zeus ou le père noël c'est du même ordre.

    Suis-je pour autant pro colonisation ? non
    Suis-je pour autant dupe du système dans lequel je vis ? Non
    Suis-je islamophobe ? non si on parle des gens, oui si on parle de la religion, mais dans ce cas je me dirais plutôt "religiophobe", et pour être plus précis encore "dogmophobe". Selon vos multiples articles, j'ai l'impression qu'on n'aurait plus le droit de critiquer une religion !
    Pourquoi auriez-vous le droit de critiquer le boudhisme si moi je n'ai plus le droit de critiquer l'islam?

    Bref revenons à B.S. qu'impoerte ce que fait l'auteur, la qualité du livre est assez exceptionnelle, lisez-le avant de critiquer, on en reparle après. Et pour information, il ne prédit rien du tout dans ce livre, c'est un monde inventé, post apocalyptique, qui fait suite à une sorte de guerre mondiale et toale qu'on ne peut pas vraiment dater et  dans lequel une "Fraternité" a profité du desarroi et de l'errance des survivants pour imposer une  dictature religieuse sur un immense territoire, dont les préceptes ressemblent fortement à l'islam mais dans lequel on reconnaît clairement aussi des aspects du judaïsme et de la chrétienté et même des rites païens. Donc ce n'est pas uniquement une critique de l'Islam radical, mais de la religion et du dogme en général.

    Bon j'imagine que ce post sera censuré, si ce n'est pas le cas tant mieux.

     

  15. On novembre 6th, 2015 at 15:06 , Jibril said...

    Boualem Sansal est non seulement un homme courageux. Il dénonce la barbarie des islamonazistes. Vous ne faites que pleurnicher. C'est normal vous êtes des incultes et, en plus, vouas avez des oeillères: vous confendez Islam et Islamisme wahabo machin.

  16. On mars 24th, 2016 at 18:09 , Goasdoué Michel said...

    Bonjour

    Je découvre votre site en me renseignant sur B.Sansal .

    Merci pour les infos et analyses concernant les amis des sionistes en France.

    Dommage que vous laissiez passer des commentaires de type ordurier, qui disqualifient les propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


− 5 = 0

« Back home