« Back home

Attentat du Bataclan : Cazeneuve se venge d’un témoin trop bavard

Un médecin attaché au ministère de l'Intérieur a été sanctionné. Son tort : une troublante révélation -aussitôt relayée par Panamza mais passée ailleurs sous silence- à propos de l'attentat du Bataclan.

Le 29.03.2017 , mis à jour le 06.07.2017

*Mise à jour du 06.07.2017 : en raison de ma scandaleuse mise en examen pour avoir enquêté sur l'attentat du Bataclan, j'ai décidé de rendre accessibles au plus grand nombre mes articles passés et futurs -jusqu'ici réservés aux abonnés– sur le sujet. À suivre… HH

*****************

Souvenez-vous : le 16 novembre, Panamza soulignait une information stupéfiante à propos de l'actuel Premier ministre Bernard Cazeneuve.

13-NOVEMBRE : LA DIABOLIQUE PRÉDICTION DE BERNARD CAZENEUVE.

Jeudi 10 novembre, un récit intitulé "Les coulisses du 13 novembre" et rédigé en collaboration avec les autorités était publié.

Dimanche 13 novembre, sur France 5, son co-auteur François Malye confirmait de vive voix un passage troublant du livre. 
Dans "l'après-midi" du 13 novembre 2015, lors de sa journée de présentation du plan de lutte anti-armes, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve aurait déclaré à Michel Cadot, préfet de police de Paris, la phrase suivante : "Je redoute un attentat qui ferait 130 morts" {https://youtu.be/V3S5AZB6I00?t=43m20shttp://panamza.com/ceg}.

Le bilan des victimes du 13-Novembre s'élèvera à 130 morts exactement {https://youtu.be/XTVgTTWw8ng}.

Rappel : le matin et la veille du 13 novembre 2015, des attentats similaires à ceux qui se dérouleront dans la soirée étaient simulés par le Samu de Paris, les sapeurs-pompiers et le RAID {http://www.dailymotion.com/video/x4zxmue_13-novembre-des-attentats-simules-depuis-la-veille_news}.

À souligner : Michel Cadot, préfet de police de Paris depuis juillet 2015, a été mis en cause par le Canard enchaîné du 9 novembre 2016. Le motif : il aurait fait obstacle à l'intervention rapide de gendarmes pourtant présents aux abords du Bataclan afin de privilégier les policiers sous son commandement {http://panamza.com/cei}.

Comme Bernard Cazeneuve, Michel Cadot entretient des relations étroites et conniventes avec le clan sioniste : les deux photographies (en bas de l'image) illustrent sa participation incongrue -le 30 mai 2016- à la célébration d'Israël aux Folies Bergère, en compagnie de l'ambassadrice israélienne et du président du Crif {http://panamza.com/15893http://panamza.com/13099}.

Pour en savoir plus sur les attentats de Paris, consultez le dossier de Panamza {http://panamza.com/cabale-vendredi13}.

Cinq mois plus tard, Bernard Cazeneuve, devenu entretemps chef du gouvernement, manifeste une étrange volonté de garder un strict contrôle sur la narration officielle du 13-Novembre.

Dans sa ligne de mire : un médecin présent dans la salle du Bataclan, le soir du drame.

SANCTION

Jeudi 23 mars, ce secouriste, dénommé Matthieu Langlois et issu du RAID, a été convoqué pour une audience disciplinaire qui, selon L'Obs, devait se "se solder par un blâme, voire par une exclusion temporaire de quinze jours."

Le lieu : l'IGPN, soit la police des polices, organisation (chapeautée par une proche de Manuel Valls) qui avait fait preuve d'une curieuse indifférence à propos de la videosurveillance enregistrée lors de l'attentat de Nice.

Le tort du médecin –dont le patron du RAID a été récemment limogé : ne pas avoir attendu la validation formelle du ministère de l'Intérieur (et notamment celle de Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale) pour faire publier son récit de l'attentat.

Son livre -qui ne comporte aucune critique envers l'institution policière- relaie pourtant une troublante information passée sous silence par la presse traditionnelle : l'attentat du Bataclan avait été simulé la veille par une équipe du RAID.

Dès le 31 octobre, quelques jours après sa parution, Panamza avait fait écho de cette révélation-clé, via la vidéo ci-dessous.



Dans son ouvrage, Langlois (lauréat d'un prix décerné par un éminent général) ne décline jamais le patronyme complet des responsables -au sein du RAID- de la simulation du 12 novembre 2015.

Une fait est cependant acquis : à en croire ses propos retranscrits par le site du ministère israélien du Commerce, l'homme -convié le 24 avril 2017 par l'ambassade d'Israël à une rencontre de mutualisation sur la médecine d'urgence- témoigne incidemment, comme son ancien patron Jean-Michel Fauvergue (aujourd'hui député macroniste), du rôle discret d'Israël dans le travail quotidien du RAID.

Pour nous, c’est une évidence de rencontrer les médecins israéliens car nous lisons toujours avec grand intérêt leurs interventions dans la presse médicale.

A la base de nos concepts au RAID, nous nous sommes inspirés de ce que les Israéliens font et recommandent au vu de leurs nombreuses expériences (terrorisme, tuerie de masse, prise d’otages, etc).

HICHAM HAMZA

Cet article vous a intéressé?

Soutenez le journalisme d'investigation de Panamza, la gazette de l'info subversive ! 



Rejoignez les followers de Facebook/Twitter/Youtube/Dailymotion 

ET contribuez personnellement au développement fulgurant d'un site de plus en plus en danger.

Abonnez-vous ou faites un don ici pour renforcer le seul média menacé par le gouvernement !



« Back home