« Back home

La France refuse l’asile politique à Snowden mais l’accorde à la porte-parole des Femen

L'information a été dévoilée aujourd'hui, lundi 8 juillet, sur la page Facebook du groupe Femen France : la militante ukrainienne Inna Shevchenko a obtenu l'asile politique en France.

                                                                    Inna Shevchenko, à droite de l'image

Selon l'Agence France-Presse, la décision d'admission au statut de réfugié a été prise le 9 avril, deux mois à peine après la demande effectuée par la porte-parole des Femen. Celle-ci était arrivée sur le territoire national en août 2012, munie d'un visa touristique.

                                                             Inna Shevchenko avec l'écrivaine anti-islam Taslima Nasreen

Après avoir longtemps dépendu du Quai d'Orsay, l'organisme décisionnaire (OFPRA: office français de protection des réfugiés et apatrides) est passé en 2007 sous la tutelle du ministère de l'Intérieur.

C'est le même ministère, dirigé par Manuel Valls, qui a refusé, jeudi dernier, l'asile politique à l'informaticien américain Edward Snowden. Le communiqué publié sur son site était particulièrement laconique :

La France a reçu, comme beaucoup d'autres pays, par l’intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d'asile de M. Edward Snowden. Compte tenu des éléments d'analyse juridique et de la situation de l'intéressé, il n'y sera pas donné suite.

A propos des Femen, voici ce que rapportait Le Monde Magazine en mars dernier (mots en gras soulignés par Panamza) :

En attendant les élections de 2017, Inna Chevtchenko déploie en France les bases d'un féminisme radicalement anticlérical. Elle "nourrit une haine féroce envers les machos islamistes" et imagine finir ses jours "quelque part en Irak ou en Iran, dépecée par une foule fanatique". Un combat que soutient la journaliste Caroline Fourest, militante féministe et laïque. Elle leur a consacré un documentaire (Nos seins, nos armes, coréalisé avec Nadia El Fani et diffusé le 5 mars par France 2) et s'apprête à entamer la rédaction d'un livre avec Inna Chevtchenko. Bien sûr, cette dernière n'ignore pas que l'essayiste, spécialiste de la communication de crise, est notoirement proche du PS. C'est d'ailleurs elle que Manuel Valls a appelée pour faire part de sa colère suite à l'intrusion des Femen dans la nef de Notre-Dame. Or, malgré l'ire affichée du ministre, aucune des huit activistes n'a été inquiétée par la police ce jour-là.

                                                                        Image extraite du site des Femen

Le 25 avril 2012, le candidat socialiste à l'élection présidentielle exprimait ainsi son sentiment à propos du droit d'asile :

« C'est la vocation de la France que d'accueillir celui qui est persécuté dans son pays d'origine "du fait de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques", comme l'exige la Convention de Genève de 1951 »


En accordant l'asile politique à une délinquante notoirement islamophobe, responsable de plusieurs troubles à l'ordre public sur le territoire français, et en le refusant à l'homme qui a révélé les actions illégales des Etats-Unis à l'encontre de l'Europe, le gouvernement socialiste ne manquera pas de conforter ceux qui le jugeaient déjà soumis à Washington et indulgent envers la stigmatisation de l'islam.

HH

2 responses to La France refuse l’asile politique à Snowden mais l’accorde à la porte-parole des Femen

  1. On juillet 9th, 2013 at 01:26 , oulala said...

    Panamza tu es au top de la dissidence .Toute mes félicitations ton blog assure grave

  2. On juillet 9th, 2013 at 03:07 , Français désabusé said...

    C'est officiel… La viande venait d'Ukraine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


6 − = 3

« Back home