« Back home

Pour Finkielkraut et Askolovitch, « Allah Akbar » est un « cri de guerre »

Inculture sur France Culture. Samedi matin, la radio du service public a diffusé un débat surréaliste sur l’islam de France.

Rebelote. Après l’entretien Askolovitch-Fourest-Cohen réalisé sur France 5, c’est au tour d’une autre antenne du service public (financée par vos impôts) de diffuser une discussion à propos de l’islam et en l'absence de tout musulman. Imaginez le parallèle : trois personnalités musulmanes débattant, durant une heure, du judaïsme en France et de la réalité de l’antisémitisme. Ou trois intellectuels d’ascendance européenne discutant du racisme anti-noir. Ou trois hommes parlant de la place des femmes en France et de la gravité, réelle ou supposée, du sexisme.

finkielkraut

Hier matin, ce dispositif saugrenu fut pourtant validé par France Culture et son directeur Olivier Poivre d'Arvor. Le philosophe Alain Finkielkraut, animateur de l’émission Répliques, a organisé un débat portant sur « l’Islam en France » avec deux journalistes, Elisabeth Schemla et Claude Askolovitch. L’ex-rédactrice en chef du Nouvel Obs a publié, au printemps dernier, un livre anxiogène sur les jeunes musulmans français tandis que l’ex-grand reporter du Nouvel Obs vient de faire paraître un essai intimiste pour, affirme-t-il, dénoncer la stigmatisation hexagonale des adeptes de l’islam. Point commun des auteurs : dans leurs écrits, ils encensent tous deux, malgré leurs divergences, Manuel Valls.

Panamza a répéré les moments croustillants de ce débat entre soi (audible ici).

Florilège

5': selon Schemla, le logo et l’acronyme du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF , « seïf ») évoqueraient secrètement une référence au « glaive de l’islam ».

5'-11': Askolovitch se fait longuement l’impressario et porte-parole de Marwan Muhammad, porte-parole du CCIF.

17': Schemla et Finkielkraut laissent entendre que le simple port du voile serait « en contradiction » avec la loi française.

25': pour Schemla, il y aurait une « islamisation » en cours, comparable à la « lepénisation » des esprits dans la mesure où elle se caractériserait par une « complicité totalitaire ».

26': Schemla estime que l’islam est une religion « conquérante » qui « commence » par « les femmes et les enfants, puis les mosquées » pour gagner enfin « les medias ».

31': l'esprit d’Askolovitch serait « islamisé » selon Schemla.

39': une « beurette » est une « femme moderne et émancipée » selon Askolovitch.

39'30: à propos de la phrase « Allah Akbar »  (Allahou akbar: Dieu est [le] plus grand), Finkielkraut affirme qu'il s'agit d'un « cri de guerre ». « Ben, oui », lui répond Askolovitch. Les deux hommes ne précisent jamais que ces mots sont surtout prononcés, à travers le monde, lors des prières ou des réjouissances.

Dans son livre, Askolovitch se contente également d'écrire qu'il s'agit là, faisant référence à une application Iphone de sa baby-sitter musulmane, « d'un cri de France et mieux qu'un cri, une alerte pour smartphone, un son de tous les jours ».

42': le rappeur Médine aurait co-animé au Havre une soirée « anti-israélienne, antisémite » selon Schemla, venue « incognito ».

47': Finkielkraut reproche à Askolovitch de ne pas avoir interviewé le « courageux et lucide » Hassen Chalghoumi.

48': Askolovitch précise avoir lui-même « initié la diabolisation de Tariq Ramadan ».

France Culture, plus communautaire que Radio J ?

Mémo pour les prochains débats comportant les mêmes invités :

Hicham HAMZA

Cet article vous a plu? Soutenez le journalisme subversif de Panamza ! 

Rejoignez, dès à présent, les abonnés de Facebook et Twitter ou contribuez personnellement au développement du site en cofinançant les prochains sujets d'investigation.

One response to Pour Finkielkraut et Askolovitch, « Allah Akbar » est un « cri de guerre »

  1. On janvier 30th, 2014 at 19:50 , VIK said...

    Encore bravo pour votre travail.

    ce que vous montrez  là fait parti du travail  de diabolisation de l'Islam depuis environ une quinzaine d'année, et surtout aprés l'affaire France 2 du petit Mohamed et du snipper, l'opinion publique prenait conscience de ce qui se passait en palestine.

    Les jouranlsites considérés comme pro palestiniens ont été écartés, et France Inter avait été critiqué car parlait trop du conflit.  on donc eu un "Deumeurant", avec le guignol de Charlie Hebdo, puis Cohen. Il y a eu un nombre incalculable d'articles sur l'islam vu à travers le prisme du fondamentalisme rédigés par ce qui ont été surnommés les intellectuels à gages; on présentait partout des musulmans reniant l'islam ou victime des méchants intégristes. et puis on eu zemmour, Fourest en plus des autres.

    E. Levy avait déclaré à une émission sur France culture 'le jour ou les musulmans auront le sens de l'humour le monde se portera mieux " je crois que c était à l'époque des caricatures.

    il y a quelques année le psychanaliste D. Sibony avait écrit un article honteux dans le nouvel Obs, j'avais envoyé un lettre ouverte dénonçant le parti-pris de cet article et ses dérives, mais biens sur jamais publiée et ainsi de suite, avec l'affaire Redecker et bien d'autres. C'était et çà reste à vomir on dresse la popluation contre les arabes et les musulmans, avec il est vrai la complicité de certains musulmans se précipitent soit pour endosser l'habit qu'on leur tend, soit pour confirmer l'intolérance et l'antisémitisme de cette religion, ou comme un certain intellectuel tunisien de France Culture qui préconisaient "d'occidentaliser l'islam".

    Mais, nous musulmans nous sommes les premiers responsables de cette situation car la majorité silencieuse est resté silencieuse;

    votre travail est important et contribue à dénoncer cette manipulation nauséabonde qui perdure depuis de nombreuses années, encore merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


7 + = 13

« Back home