« Back home

Quand l’avocat de Fourest comparait le voile islamique à un objet érotique

INFO PANAMZA. Caroline Fourest condamnée par la justice : découvrez les propos stupéfiants de son avocat Richard Malka au sujet du voile islamique.

Le 27.10.2014 à 12h12

Radio France et moi-même faisons appel. Nous sommes confiants sur l’issue finale de cette procédure.

Bien entendu, si nous gagnons, les sites qui guettent et médiatisent la moindre plainte ou campagne de courriers contre moi (Oumma, Egalité et réconciliation…) auront à cœur de rectifier.

C'est ainsi que Caroline Fourest annonca vendredi -via son blog- avoir fait appel de sa condamnation –rapportée la veille par Panamza– pour avoir diffamé Rabia Bentot, victime -présentée comme une éventuelle affabulatrice- d'une agression islamophobe.

Détail intéressant: la corporation médiatique semble continuer à faire preuve d'une indulgence aberrante envers l'une des leurs pourtant épinglée récemment par le CSA. Hormis quelques sites engagés ou communautaires, aucun média traditionnel n'a relayé -depuis jeudi- l'information de la condamnation de Fourest en dépit de sa notoriété (elle fut classée en 2014 comme la personnalité médiatique la plus influente du web) et de sa consécration par le pouvoir actuel (régulièrement invitée aux colloques du Parti socialiste, elle a été décorée par Aurélie Filipetti en janvier 2013).

Au passage, Fourest persiste et signe en affirmant dans son billet s'appuyer sur le témoignage d'"élus locaux" -non identifiés- qui douteraient -selon elle- "de la version d’agressions montées en épingle par des réseaux intégristes".

Jeudi soir, quelques heures après le verdict judiciaire, son avocat Richard Malka avait déjà laissé entendre qu'un recours en appel serait effectué. 

Cette décision m'apparaît non fondée. Caroline Fourest était dans un débat d'idées complètement légitime, elle n'a pas cité le nom de la personne, elle a pris énormément de précautions oratoires en parlant au conditionnel. C'est une décision très restrictive en ce qui concerne la liberté d'expression et d'opinion.

Richard Malka est un ami de longue date de Caroline Fourest.

fourest tel aviv 1                           Caroline Fourest, Hassen Chalghoumi, Fiammetta Venner et Richard Malka. Juin 2012, Tel Aviv

Quand celle-ci participait à la rédaction de Charlie Hebdo, celui-là assurait depuis 1992 (et assure toujours) la défense du journal devant les tribunaux. Les deux partagent la même idéologie, voire les mêmes idées, à propos de la laïcité et de l'islam.

En 2008, Fourest -qui continue d'animer son émission sur la radio de service public (en dépit du départ de Radio France de son ex-directeur et ami Philippe Val)- qualifiait ainsi les femmes voilées de "collabos" de l'ordre sexiste.

Interviewée par la télévision canadienne, l'essayiste (qui soutient "le groupe des ex-musulmans") affirma également que toute femme voilée était nécessairement "anti-féministe", voire "intégriste".

Le 20 septembre 2013, son avocat Richard Malka –originaire d'une famille juive marocaine et féru de l'étude du Talmud- a tenu des propos encore plus caricaturaux au sujet du port du voile islamique. 

C'est d'abord un objet de concupiscence…

Mais enfin, c'est d'abord ça, le voile !

Lors d'un débat diffusé sur France Inter, l'avocat était confronté au journaliste Claude Askolovitch à propos de l'affaire de la crèche Baby Loup (extrait visible ci-dessous à partir de 9').




Concupiscence?

Selon le dictionnaire Larousse, celle-ci désigne un "attrait naturel vers les biens matériels" et "en particulier un penchant aux plaisirs sensuels".

Le voile islamique vu par Malka : un objet d'attraction qu'il faudrait envisager littéralement comme un objet érotique (du grec Eros, le désir). 

Un tel propos évoque une déclaration presque analogue de Bernard-Henri Lévy (l'ami et éditeur de Fourest) qui avait présenté le voile islamique comme une "invitation au viol".

French writer and philosopher Bernard-He

Qui est Richard Malka?

Voici sept illustration-clés relatives au profil idéologique du personnage âgé de 46 ans : 

1* Malka assure actuellement la défense du milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz, un affairiste diamantaire  présenté par Le Temps comme un mécène de l'armée israélienne. 

2* En juin 2012, l’avocat enjôleur et cabotin était invité à participer à un débat organisé par l’ambassade française de Tel Aviv (via l'entremise du neocon Olivier Rubinstein) et intitulé "Le blasphème, droit ou délit". Après avoir pris soin de distinguer le fait d’attaquer une religion et la haine contre un groupe particulier, Richard Malka fut interpellé (à la 38ème minute) par Yaron London, animateur du débat. La question-piège habilement posée par ce journaliste israélien semble prendre au dépourvu le défenseur de Charlie Hebdo.

Q /Je peux imaginer une situation dans laquelle un caricaturiste dit vouloir s’en prendre à la foi juive mais dessine des juifs très laids, bossus, avec un grand nez et, peut-être, une liasse de billets à la main(…) Il écrit qu’il ne s’en prend pas au juifs mais à la foi juive… A qui s’en prendrait-on ? A la foi ou aux croyants ?

R / C’est toujours compliqué, ces questions-là…. Là, vous parlez de ce qui fait beaucoup penser aux caricatures d’avant-guerre. Quand vous dessinez un juif avec un gros nez et une liasse de billets, vous n’êtes pas du tout dans la symbolique religieuse, vous êtes dans l’incitation à la haine… Là, vous faites un amalgame entre la religion et ceux qui la pratiquent (…)

Q/ Et si vous dessinez Mahomet -qui a un visage sémite- avec un turban et une bombe, cela ne veut pas dire que vous méprisez l’islam, cela veut dire que vous méprisez les Arabes ! Alors, pourquoi vous êtes prêt à défendre ceux qui publient ces caricatures ?

R/ Je les ai déjà défendus… Mais cela veut surtout dire qu’on s’en prend à ceux qui posent des bombes, aux terroristes, à ceux qui dévoient l’islam… Ils le font au nom du Prophète. On ne peut pas nous enlever le rire qui est une défense et la possibilité de caricaturer ces personnes qui se revendiquent du Prophète.

Dans l’intégralité de cet échange, Richard Malka tente de justifier l’existence des caricatures danoises, relayées alors par Charlie Hebdo, ainsi que les attaques de Madonna en concert contre la « symbolique chrétienne ». Prétexte invoqué : ce ne sont pas tous les musulmans, ou tous les chrétiens, qui seraient visés. Pourtant, à l’inverse, le dessin représentant de manière « laide » un juif, fût-il intégriste ou ultra-sioniste, serait nécessairement considéré comme une « incitation à la haine ».

Il n’est pas venu à l’esprit de Richard Malka que les dessins de Charlie Hebdo, ainsi que les caricatures danoises, représentaient régulièrement des musulmans, depuis la figure du Prophète jusqu’au pratiquant moderne, de manière « laide », avec un « gros nez » et, parfois, les accessoires exotiques d’usage telles les babouches et autres djellabas. Pour l’avocat, il ne s’agit pas ici de préjugés racistes mais, plus simplement, de la liberté souveraine du caricaturiste à exprimer sa critique de la religion islamique.

3* Malka est l’homme qui a représenté en justice les intérêts de la banque luxembourgeoise Clearstream contre le journaliste d’investigation Denis Robert. Celui-ci était alors comparé à un complotiste antisémite par Philippe Val.

4* L’avocat de Charlie Hebdo et de Caroline Fourest s’est aussi distingué, au printemps 2012, en défendant l’image de Dominique Strauss-Kahn, injustement "humilié" selon lui par les images de son arrestation new-yorkaise.

5* Malka avait défendu en 2006 la radio Beur FM dirigée par Nacer Kettane, un proche du Comité juif américain (lobby ultra-sioniste).

6* Malka avait reproché aux journalistes de l’agence CAPA -collaborant en 2010 pour l’émission Les infiltrés de France 2– d’avoir dénoncé à la police des individus susceptibles de commettre des actes de pédophilie. Le CRIF peut lui en être reconnaissant : parmi les individus piégés en caméra cachée figurait notamment un certain Maurice Gutman, élu municipal UMP et membre du comité directeur de l’organisme représentatif de la communauté juive. Un scandale largement ignoré alors par la presse nationale, y compris Charlie Hebdo. Même l’hebdomadaire satirique n’avait pas osé faire sa couverture sur cet incident politiquement embarrassant. Sur le plan médiatique, Maurice Gutman l’a échappé belle -probablement en vertu d’une raison majeure : l’homme, dénoncé à tort selon Richard Malka, ne pratiquait pas la charia.

7* Les images suivantes ont été capturées en février 2007 : elles sont extraites d’un documentaire intitulé C’est dur d’être aimé par des cons et consacré au procès des caricatures danoises relayées par Charlie Hebdo. Des membres de l’hebdomadaire n’avaient pas manqué d’exprimer leur hostilité, non pas envers tel ou tel groupe islamiste mais, plus globalement, à l'encontre du Conseil français du culte musulman. La séquence vidéo dévoile un moment fort du feuilleton judiciaire : lorsqu’Abdallah Zekri, chargé de mission au sein du CFCM, apprend le soutien apporté à Charlie Hebdo par Nicolas Sarkozy (alors ministre chargé de l’Intérieur et des Cultes), sa colère l’entraîne à évoquer devant la presse l’éventualité, en réaction, d’une auto-dissolution de l’organe représentatif des musulmans. Alertés par leurs camarades, Philippe Val, alors directeur de l’hebdomadaire, et Richard Malka manifestent ostensiblement leur joie à propos de cette nouvelle. L’avocat a même surenchéri, content d’avoir "fait exploser" le CFCM, au point d’affirmer -face caméra: 

Fallait pas nous emmerder !



HICHAM HAMZA  

Cet article vous a intéressé?

Soutenez le journalisme d'investigation de Panamza, la gazette de l'info subversive ! 

Rejoignez les followers de Facebook /Twitter/Youtube 

ET contribuez personnellement au développement fulgurant du site

en souscrivant un abonnement privilégié / en effectuant le don de votre choix.

4 responses to Quand l’avocat de Fourest comparait le voile islamique à un objet érotique

  1. On octobre 27th, 2014 at 17:54 , karim said...

    toujours les memes qui parlent de l'islam , mais pour fourest si les femmes ne sont pas lesbiennes et sans foulard ,elles ne sont pas femmes .aucun interet de toute facon le pouvoir politique et judiciaire c'est la meme chose , pleins de cas le demontrent .il n y a qu'un pouvoir le politico journaleu judicaire .

    la liberté c'est de faire comme ils disent tout le reste n'est que terrorisme .

  2. On octobre 30th, 2014 at 22:44 , Eric said...

    Bon ben voilà les filles ! Si vous vous faites attraper, vous l'aurez cherché. Et ce sont des féministes et leurs avocats qui vous le disent ! Tenez-vous le pour dit !

    Je ne sais pas pourquoi mais j'ai soudain une pensée désormais célèbre de Monsieur Gaiffe qui me vient à l'esprit concernant toutes ces belles âmes.

     

     

  3. On mai 21st, 2015 at 17:32 , milka said...

    ya toute la fine equipe du 11….bravo panamza

  4. On juin 14th, 2017 at 05:48 , Mais, au fait : qui est Jeannette Bougrab? – أزمنة سياسية said...

    […] jour de l’attentat, Fourest était venue sur les lieux en compagnie de Jeannette Bougrab et Richard Malka (l’avocat de Charlie Hebdo qui aurait mis Charb et Bougrab en relation). Particularité […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


4 − = 2

« Back home