« Back home

Après Fogiel et « l’odeur des Blacks », voici Léa Salamé et l’odeur des musulmans

Outrage ou dérapage? Lors d'un débat consacré à l'islamophobie et diffusé par I Télé, la journaliste Léa Salamé a laissé entendre qu'il était nécessaire de se « boucher le nez » au contact des musulmans.

« L'objectif [de votre livre], c'est quoi? C'est de nous forcer à regarder ces barbus, ces femmes voilées, à ne pas changer de trottoir, à ne pas nous boucher le nez? »

Tels sont les propos tenus par Léa Salamé, hier soir sur I Télé, lors de son entretien avec Claude Askolovitch. Celui-ci, auteur de "Nos mal-aimés", était invité par la chaîne d'information du groupe Canal+/Vivendi afin de participer à un débat contradictoire portant sur la réalité de l'islamophobie en France.

Si la discussion collective est visible sur le site d'I Télé depuis hier, une chose curieuse s'est produite pour le bref tête-à-tête de Léa Salamé et Claude Askolovitch : la vidéo de cette séquence d'introduction a disparu dans un premier temps (durant près de 10 heures) avant d'être remise en ligne en ce milieu d'après-midi. Le passage controversé débute à la 59ème seconde :

 

 

Son lien URL initial avait été désactivé. Dans la nuit, et en début de matinée, il permettait encore de visionner ce passage comme l'illustrent plusieurs tweets postés par des téléspectateurs indignés. En ce mercredi après-midi, la polémique enfle sur les réseaux sociaux : la journaliste est directement interpellée par de nombreux internautes blessés ou exaspérés par son propos.

A l'origine du repérage et de la propagation sur Internet de cette déclaration, une résidente de Montreuil, prénommée Karima, a réussi à obtenir une réponse de la part de Léa Salamé.

 

1237163_10151976947734744_989074435_nleasalamebis

Invoquant une « expression imagée », l'animatrice d'I Télé, d'origine libanaise et arménienne (comme elle le confia –dans les Inrocks– à un admiratif Laurent David Samama, membre de la revue de BHL, proche du journal d'Elisabeth Lévy et ex-rédacteur en chef du média communautaire l'Arche), se défend de toute forme de racisme intentionnel.

Problème: un précédent judiciaire a déjà balayé ce type de justification. Le 29 septembre 2005, le journaliste Marc-Olivier Fogiel avait été condamné à 5000 euros d'amende pour injure à caractère racial en raison d'un message « sur les odeurs des Blacks » diffusé dans son émission du 5 décembre 2003. Selon Libération, l'animateur avait tenté de faire "valoir que le SMS ainsi fabriqué [par son assistant, ndlr] signifiait en fait : « Que dirait-on si un humour aussi déplacé et odieux s'exerçait à l'encontre de la communauté noire ? »".

Réponse cinglante du tribunal de grande instance de Montpellier dans l'attendu du jugement: « la seule référence en l'occurrence à l'odeur des personnes de race noire renferme une connotation raciste, méprisante et outrageante ».

Passer l'éponge ou demander des comptes

Chose étrange, son interlocuteur Claude Askolovitch (l'ex-partisan de l'invasion anglo-américaine de l'Irak qui s'affiche désormais comme un détracteur –édité par BHL– de l'islamophobie après avoir assimilé, en 2004, l'usage de ce terme à une "stratégie des trotsko-islamistes") n'a pas bronché en entendant la remarque singulière de Léa Salamé. Pas plus que son "pote" (comme il le qualifie) présent sur le plateau (et avec lequel il co-organise des débats inter-communautaires) : Marwan Muhammad, porte-parole médiatique du Collectif contre l'islamophobie en France. Le militant a d'ailleurs réagi sur Twitter, dès cet après-midi, pour relativiser la gravité du propos: « J'ai eu l'occasion d'échanger avec Léa Salamé qui m'a expliqué que c'est justement l'attitude qu'elle dénonce: l'islamophobie de masse…». Interpellé également par des internautes, le porte-parole précise avoir eu une explication en privé avec la journaliste. Même défense, in fine, de la part de Claude Askolovitch qui juge « infâme » le qualificatif d'islamophobe à propos d'un tel commentaire.

A l'inverse, la Ligue de défense judiciaire des musulmans, à peine sortie elle-même d'une polémique embarrassante, a déjà fait savoir qu'elle allait se « pencher plus en avant sur cette affaire », qualifiée de « grave dérapage », avant d'ajouter « se réserver le droit d'agir en conséquence ».

Fille d'un ancien ministre libanais de la Culture (désormais membre de l'Open Society et dirigeant à Sciences-Po Paris), Léa Hala Salamé risque désormais de faire davantage parler d'elle à la suite de ses propos tenus sur I Télé. Le buzz suscité, fin août, par la maladresse relative à son décolleté lui avait fait craindre le pire : d'après son entretien avec les Inrocks, la journaliste redoutait d'être ridiculisée au point de devoir quitter son poste. L'affaire portant sur "l'odeur des musulmans" devrait lui causer un préjudice professionnel plus considérable, notamment envers la frange de l'opinion publique hostile aux propos islamophobes.

Léa Salamé, propulsée à l'écran par Jean-Pierre Elkabbach et consolidée ensuite à France 24 par Gérard Saint-Paul, avait raconté en 2010 le contexte atypique au cours duquel cette fille de notables avait voulu devenir journaliste : c'est durant la frénésie provoquée par les évènements du 11-Septembre que l'étudiante de 22 ans, « blessée » alors à New-York, a compris quelle était sa vocation. La boucle est bouclée : douze ans après, l'islamophobie de masse suscitée par les attentats et entretenue depuis par la plupart des médias occidentaux continue de se distiller, y compris à travers certains de ses rescapés devenus entretemps journalistes.

 

 

Hicham HAMZA

Cet article vous a plu? Soutenez le journalisme subversif de Panamza ! 

Rejoignez, dès à présent, les abonnés de Facebook et Twitter ou contribuez personnellement au développement du site en cofinançant les prochains sujets d'investigation.

 

8 responses to Après Fogiel et « l’odeur des Blacks », voici Léa Salamé et l’odeur des musulmans

  1. On février 23rd, 2014 at 05:10 , anba said...

    Bonjour,

    Je viens de découvrir panamza et je suis séduit par cette initiative vers un journalisme d'investigation et ne pas laisser "l'autre" penser pour nous !

    Bonne chance 😉

  2. On mars 5th, 2014 at 03:39 , Jacques Dutemple said...

    Cette femme savait clairement ce qu'elle disait ça ne fait aucun doute, la haine dans son regard, la fermeté de son élocution et son attitude agressive en disent long sur le caractère intentionnellement islamophobe de ses propos.

    Il serait grand temps pour les musulmans s'ils veulent cesser d'être trainés dans la boue indéfiniment d'imiter sur ce point leur communauté cousine juive, à savoir attaquer en justice au moindre dérapage.

    S'attaquer à des personnes pour leurs particularismes est un délit en France, cessez de geindre tout le temps et agissez plutôt !

  3. On juin 4th, 2014 at 04:02 , yanis said...

    Ceux qui pensent que Léa Salame est raciste se trompent il faut avoir l esprit plus fin et observer que lors des ça se dispute lorsque zemmour tient des propos parfois rudes vis à vis des étrangers on l a sent agacé. Faire le lien entre sa blessure lors des attentats du 11sept et son soit disant racisme est absurde.

  4. On juin 11th, 2014 at 16:44 , Ali said...

    moi je dis qu'ils sont mal placés pour gueuler après les autres ,ils sont quoi des descendants des gaullois qu'ils aillent se regarder dans une glace c'est triste qu'il n'y a pas de gens qu'il lui aurait mis dans sa face exactement façon dieudonné quand il insulte le petit zemour et copé  de dromadaire pour moi c'est la meilleure reponse

  5. On septembre 22nd, 2014 at 19:50 , Léa Salamé "roule" pour l'OTAN, comme son père said...

    […] suggère que les « barbus » et les « femmes voilées » dégagent une odeur pestilentielle {http://panamza.com/1982}; elle s’esclaffe quand on présente les Turcs comme des « abrutis » […]

  6. On octobre 12th, 2014 at 02:42 , Anonyme said...

    Apparemment nous ne comprenons pas du tout de la même manière la phrase de madame Salamé. Elle demande justement si le livre de monsieur Askolovitch vise à combattre l'ignorance, voire l'islamophobie. C'est donc tout le contraire d'une intervention islamophobe ! Je ne comprends pas comment vous avez pu voir de l'islamophobie dans ses propos. Et pour ceux qui se seraient mépris sur le sens de ces paroles, je pense qu'ils auront été complètement rassurés par les explications fournies par madame Salamé, et qui ont été reprises dans l'article ci-dessus.

  7. On janvier 21st, 2015 at 23:31 , fosil said...

    Ceci est politiquement organisé. Beaucoup d'autres suivront son exemple. Ils sont pitoyables. Ils n'ont aucun honneur. Ils sont à genoux devant les puissants. Et ils sont contents d'être à genoux. Quelle honte !

  8. On septembre 21st, 2015 at 20:03 , oudjoudi said...

    avez vous reflechi que peut être elle suggére à ces personnes le droit aux parfums au déodorants à l'extérieur, et que ce n'est pas de tenter le diable de se parfumer c simplement un respect en communauté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


9 + = 15

« Back home