« Back home

Quand un ministre israélien d’extrême droite délivre un certificat de pèlerinage aux Français musulmans

INFO PANAMZA. Le weekend dernier, le gouvernement israélien et l'ambassadeur de France ont conjointement organisé une étrange cérémonie à l'initiative d'Hassen Chalghoumi. Décryptage.

Après la remise du "diplôme de la laïcité", nouveau gadget à destination des imams adoubés par Manuel Valls, une cérémonie également saugrenue s'est tenue, le weekend dernier, à la résidence de Patrick Maisonnave, nouvel ambassadeur de France en Israël.

11993516454_ddcdba0627_z

Sous la direction de l'imam controversé Hassen Chalghoumi, des Français musulmans, venus séjourner en Israël afin de se rendre en pélerinage à Jérusalem, se sont vus remettre une curieuse "attestation de visite" de la ville sainte par le ministre israélien du Tourisme. 

11993518174_7159818679_k

Problème : outre l'incongruité consistant à se voir décerner un certificat de pélerin par le gouvernement d'un régime d'occupation et d'apartheid, l'homme au coeur de ce dispositif n'est pas exactement réputé pour une quelconque oeuvre humaniste ou oecuménique.

images

Âgé de 70 ans, Uzi Landau est membre de Yisrael Beitenu, le parti d'extrême droite mené par le raciste Avigdor Lieberman, un homme récemment revenu à la tête du ministère des Affaires étrangères.

DK009_wa

En 2005, l'actuel ministre du Tourisme, alors membre du gouvernement Sharon et militant du Likoud, s'était fait remarquer sur la scène nationale en s'opposant vigoureusement à la décision du Premier ministre israélien d'évacuer les colonies de la bande de Gaza.

En 2009, chargé des Infrastructures nationales dans le gouvernement Netanyahou, il refusa de rencontrer un député arabe israélien car ces derniers seraient, selon lui, "constamment à l'oeuvre, ici et à l'étranger, pour déligitimer Israël en tant qu'Etat juif".

Deux ans plus tard, le même homme encouragea ses collègues de la Défense à pratiquer une "politique de tolérance zéro" à l'encontre des militants du Hamas, quitte à en payer un "prix lourd".

Aujourd'hui, Uzi Landau continue de défendre les vues radicales de son mentor Lieberman: à l'instar du responsable des Affaires étrangères, Landau est favorable, selon i24news, à  "des transferts de populations et de territoires, et notamment que certaines zones peuplées par des Arabes israéliens fassent partie d'un futur Etat palestinien". En clair, il s'agirait de remettre des villes arabes israéliennes à l'Autorité palestinienne en échange de la souveraineté sur des colonies juives en Cisjordanie. Une proposition à laquelle s'est déjà opposée le président Shimon Peres : "Israël ne peut pas retirer leur citoyenneté à ses ressortissants simplement parce qu'ils sont Arabes."

Un tel parcours, à peine esquissé ici, n'a visiblement pas dissuadé Hassen Chalghoumi de collaborer avec le personnage. D'autres cérémonies identiques, également financées par l'agence Select Israel et supervisées par l'ambassade d'Israël à Paris, sont d'ailleurs prévues en mai et en novembre.

Il faut souligner, par ailleurs, qu'Uzi Landau est un proche de Roger Cukierman, président du Crif. En octobre dernier, il était convié à une conférence organisée par Go4Europe, un évènement annuel dirigé par Edouard Cukierman. Le père et le fils sont également intervenus sur l'estrade en compagnie de Pierre Lellouche, député UMP. Landau y a affirmé que Jérusalem était une et indivisible aux yeux d'Israël, paraphrasé Napoléon pour revendiquer un "héritage légitime" sur le territoire historique de la Palestine et célébré l'essor du sionisme qui a transformé un "désert" en pays florissant.



Un mois plus tôt, Uzi Landau était aussi l'invité d'honneur d'une association pro-israélienne basée en Norvège. Il y a vanté la nécessité de demeurer fort et de conserver les "implantations" juives en Cisjordanie. 



Lors de cette rencontre, il a ainsi répondu à plusieurs questions saugrenues de sympathisants sionistes norvégiens telles "Pourquoi les Palestiniens musulmans revendiquent-ils Jérusalem alors qu'ils prient en tournant le dos au Dôme du Rocher?" ou bien "Sommes-nous des voleurs ou pas? Des occupants ou des libérateurs?"





La rapport bienveillant d'Hassen Chalghoumi envers Uzi Landau n'est pas anecdotique. Depuis plusieurs mois, une rumeur persistante circule dans les milieux musulmans : le ministre de l'Intérieur en charge des cultes songerait à réformer drastiquement le Conseil français du culte musulman. Objectif: amoindrir l'influence des anciens caciques, issus du clan Chirac-Sarkozy, pour mettre en avant de nouveaux représentants adoubés par le Parti socialiste. Malgré ses accointances passées avec l'UMP, Chalghoumi dispose d'un capital-sympathie indéniable auprès de Manuel Valls et des relais politico-médiatiques du ministre qui se déclara "absolument engagé pour Israël". Une future promotion n'est pas impossible.

Dès lors, conserver et faire connaître, dans ses moindres détails, le récit des fréquentations douteuses de l'imam de Drancy avec la mouvance ultra-sioniste (une nébuleuse caractérisée notamment par son racisme anti-arabe) est un impératif civique.

Il revient à vous, cher lecteur, de contrer la fabrication -toujours en cours- de la légende dorée d'Hassen Chalghoumi, l'homme qui fut un jour surnommé par Libération -sous la plume d’une mi-journaliste mi-diplomate à Tel Aviv- "l'imam des lumières".

Hicham HAMZA

Cet article vous a plu? Soutenez le journalisme subversif de Panamza ! 

Rejoignez, dès à présent, les abonnés de Facebook et Twitter ou contribuez personnellement au développement du site en cofinançant les prochains sujets d'investigation.

One response to Quand un ministre israélien d’extrême droite délivre un certificat de pèlerinage aux Français musulmans

  1. On juillet 6th, 2015 at 06:47 , Michel BRUSTON said...

    Cet article est intéressant. Juste une remarque : La question "Sommes-nous des voleurs ou pas? Des occupants ou des libérateurs?" ne me semble pas du tout "saugrenue".

    Elle me semble au contraire montrer une évolution intéressante chez un "sympatisant sioniste norvégien". Si celui-ci cherche à être rassuré par Uzi Landau sur cette alternative ("libérateurs" ou "occupants et voleurs"), cela montre qu'il est ébranlé dans ses convictions sionistes, probablement grâce à la sympathie croissante de l'opinion publique en Norvège envers la cause palestinienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


2 + 1 =

« Back home