« Back home

Blague de Hollande sur l’Algérie : Panamza divulgue l’info, les autres médias l’exploitent sans en citer la source

A l'origine de la polémique relative à la plaisanterie douteuse de François Hollande sur l'Algérie, Panamza, nouveau média du web, a vu son info reprise par la presse algérienne et française sans être cité. Brève illustration d'un hold-up journalistique.

Rebelote. En novembre dernier, Panamza avait divulgué des propos stupéfiants prononcés par François Hollande en Israël. Quelques jours plus tard, le Grand Journal de Canal+ avait exploité cette information politique sans en citer sa provenance, se contentant d'évoquer un "buzz du web".

Aujourd'hui, c'est au tour d'une autre info, également découverte par Panamza et publiée le jeudi 19 décembre, d'être abondamment reprise et commentée sans que son origine ne soit évoquée.

Ce samedi 21 décembre, la plupart des médias ont rapporté la blague de Hollande sur l'Algérie en indiquant simplement qu'elle avait fait le tour des réseaux sociaux: l'agence France-PresseFrance TélévisionsBFM TVI Télé, Le Huffington Post, Europe 1, RTLLe PointTout sur l'Algérie, El Watan, Oumma, Le Quotidien d'AlgérieLe Parisien, Le SoirAfrik.com, Jeanmarcmorandini.com, La Libre Belgique, Le Matin, Le Mag, La Dépêche, Le Dauphiné, Dhnet.be, Algérie Network, 7sur7, Saphir News, Réflexion, Yahoo, Le Soir d'Algérie, Le Journal du Dimanche, LibérationLe Figaro, 20 minutes,  i24news, L'Express, France Info, France 24, TF1, Rue89, Metro News, Le Temps d'Algérie, L'Expression, entre autres.

Première conséquence politique de l'information divulguée par Panamza : le site Algérie Patriotique (le seul -avec Islam&Info– à avoir indiqué sa source) rapporte aujourd'hui qu'un haut-responsable algérien a jugé les propos de François Hollande « surprenants, incompréhensibles et malvenus ». Quant à Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'Homme (CNCPPDH), il a déjà interpellé les autorités algériennes afin « qu’elles ne laissent pas passer une telle atteinte sous silence ». Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères, a évoqué un « incident regrettable ».

La correspondante d'I Télé en Algérie a également présenté une revue de presse au vitriol contre le chef de l'Etat.

Au regard du mimétisme adopté par la plupart des médias, il est probable que l'information continuera, dans les prochains jours, d'être relayée par d'autres journalistes qui n'en citeront pas la source.

La charte de déontologie est pourtant claire : le journaliste "cite les confrères dont il utilise le travail et ne commet aucun plagiat".

Une telle désinvolture ne devrait pourtant pas étonner le lecteur scrupuleux qui s'imaginerait que la charte du journalisme est appliquée à la lettre : voici ce que rapportait Panamza à propos du hold-up médiatique opéré par le Grand Journal de Canal+.

Cette condescendance est récurrente chez bon nombre de journalistes de la presse écrite et audiovisuelle: dès lors qu'une information inédite et dévoilée sur Internet ne provient pas d'un site "familier" (comprendre un média en ligne dirigé par un ancien du sérail parisien tels Rue89 d'Haski, Slate de Colombani et Mediapart de Plenel), on peut l'exploiter sans vergogne et sans préciser au lecteur/auditeur/télespectateur l'origine exacte du scoop en question.

Se contenter d'évoquer, à l'instar des médias cités plus haut, un "buzz sur les réseaux sociaux" comme étant à l'origine de la polémique Hollande-Algérie est aussi absurde -et malhonnête- que d'attribuer la paternité d'une information divulguée par un journal parisien au "bistrot du coin".

Preuve en est que les journalistes travaillant dans les médias français et algériens sont encore à des années-lumière de leurs confrères américains : en dépit de leurs défauts spécifiques, les grands médias US ont, depuis plusieurs années, intégré le fait qu'une information digne d'intérêt pouvait provenir du web et reconnu que son auteur devait être crédité en bonne et due forme. Les sphères médiatiques françaises et algériennes, également archaïques et jacobines, ont encore des leçons d'humilité et de bonne conduite à apprendre.

Heureusement, certains internautes facétieux savent "rendre au web ce qui appartient au web". Tel fut le cas du twitto surnommé Les Nouveaux Poppys qui a trouvé le mot juste pour qualifier ces contrebandiers de la presse écrite et audiovisuelle.

Hicham HAMZA

*Addendum 22/12/13: selon un communiqué officiel, le président de la République "exprime ses sincères regrets pour l’interprétation qui est faite de ses propos et en fera directement part au Président BOUTEFLIKA".

*Addendum 23/12/13: selon Antonin André, journaliste politique à Europe 1, « François Hollande prend conscience que son trait d'humour a choqué vendredi après-midi après que la cellule Internet de l'Élysée a fait remonter l'ampleur de la polémique sur Internet et sur les réseaux sociaux ». Quant à Apolline de Malherbe, elle a évoqué sur BFM TV le contre-feu de l'entourage du chef de l'Etat selon lequel sa plaisanterie faisait uniquement allusion aux relations exécrables entre Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault.

Cet article vous a plu? Soutenez le journalisme subversif de Panamza ! 

Rejoignez, dès à présent, les abonnés de Facebook et Twitter ou contribuez personnellement au développement du site en cofinançant les prochains sujets d'investigation.

 

3 responses to Blague de Hollande sur l’Algérie : Panamza divulgue l’info, les autres médias l’exploitent sans en citer la source

  1. On décembre 22nd, 2013 at 13:40 , sami said...

    bonjour,

     

    Pour que ça cesse, il faut relayer, avoir des réseaux et exiger la citation des sources. Fais-le !

  2. On décembre 23rd, 2013 at 06:03 , Grégory said...

    La capacité de Panamza à faire scoop est assez remarquable en tous cas. Bravo.

  3. On décembre 28th, 2013 at 10:58 , karim said...

    Les autorités francaises ont eu beau tenter d effacer les propos officiellement, mais c est raté, la video a fait le tour du web.

    Un président bourré, qui prononce ensuite des discours, çà fait pas correct, en plus devant le crif, etat dans l etat francais, cà devient aggravant.

    Au final, flamby aura démontré sa soumission à israel, pour ceux qui n etaient pas encore convaincus.

    Les conséquences de ses propos, deja, des electeurs en moins pour 2017, il peut demissionner des maintenant, on n a jamais eu un président aussi nul, aussi incompétent, aussi clownesque. Et puis les chinois qui rendaient visite à l Algérie juste après Ayraut vont etre les gagnants de cet incident, plus de contrats avec eux, qui plus est, gagnant gagnant.

    j etais socialiste il m a dégouté de l etre depuis le début, le changement c est maintenant, on l attend toujours !

    il faut un nouveau parti de gauche fort independant du crif,

    au revoir flamby

     

     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


+ 3 = 5

« Back home