« Back home

Des sionistes manipulent la lutte anti-pédophilie des Gilets jaunes

INFO PANAMZA. Très diffusée sur Facebook, une vidéo-choc sur la pédocriminalité en France a été produite par des agents d'Israël -dont certains sont infiltrés dans le mouvement des Gilets jaunes. La preuve par les sources.

Le 16.07.2020 à 19h20

Souvenez-vous : en septembre 2019, Panamza révélait l'étrange implication d'une militante ultra-sioniste dans le volet français de l'affaire Epstein.

Aujourd'hui, un nouvel élément d'information corrobore l'activisme suspect des relais d'Israël dans la narration relative aux réseaux pédocriminels de l'Hexagone.

S'agit-il là d'une manoeuvre de récupération pour occulter ainsi la connexion israélienne (via les services de renseignement Mossad et Aman) dans la mise en place de la pédocriminalité d'élite française (faire chanter des personnalités filmées à leur insu, comme l'illustre l'affaire Epstein) ?

À vous de juger.

MEH

Le 5 juillet, le Média Live (qui couvre au plus près les manifestations des Gilets jaunes) a diffusé en direct cette vidéo a priori édifiante : un certain Morad El Hattab affirme détenir des preuves de l'implication de magistrats et de policiers de la DGSI dans la séquestration (jamais détaillée) de ses "deux enfants mineurs".

El Hattab ? 

Les connaisseurs pointus de la mouvance sioniste hexagonale l'auront reconnu: ami de l'ultra-sioniste et agresseur sexuel présumé Claude Lanzmann, ce Français d'origine marocaine, autrefois brièvement militant féministe, est un compagnon de route zélé et ardent, depuis une quinzaine d'années, des défenseurs d'Israël -au point d'avoir été célébré par le Crif (dès 2004).

El Hattab (qui adule le duo Trump-Poutine et entretient des liens étroits avec l'ambassade de Russie) : la version intello"philosophe" de l'imam Chalghoumi.

En 2005, El Hattab, récompensé par le communautariste juif Eric de Rothschild et régulièrement invité aujourd'hui par le tandem russe des médias pseudo-rebelles-sous-tutelle-sioniste RtFrance/Sputnikapparaissait déjà (à 44') dans un documentaire hollywoodien –sous total contrôle sioniste– du réalisateur Richard Trank (chantre du criminel de guerre Peres).

Et ce n'est pas tout.

Le web-média pro-Gilets jaunes qui l'interroge avec complaisance (et le rend ainsi célèbre) est lui-même subtilement lié aux sionistes. 

La preuve, ci-dessous : l'interviewer est non seulement un soutien du guignol neofasciste Taha Bouhafs mais surtout un proche des réseaux Gilles-Wiliam Goldnadel et David Touitou (oui, oui, vous avez bien lu : le rabbin antichrétien et antimusulman de l'affaire Bataclan).

Il s'agit de…


L’intégralité de cet article est réservée aux abonnés

Se connecter S’abonner

« Back home