« Back home

Panamza avait raison : le pédo Brunel sert Israël

Lundi 10 août, un quotidien britannique a corroboré l'info de Panamza datant de l'été 2019 : oui, Jean-Luc Brunel, pédocriminel et complice d'Epstein, est également dévoué au régime sioniste. La preuve par la source.

Le 11.08.2020 à 13h44

Bingo.

Le 18 août 2019, Panamza révélait l'ancrage secret de Jean-Luc Brunel-Benchamoul, Français-clé de la sinistre affaire Epstein, dans la mouvance judéosioniste de l'Ouest parisien.

 

 

 

 

Souvenez-vous : planqué en France et défendu par une avocate également liée à la nébuleuse israélienne, ce retraité né en 1946 (et autrefois actif dans la mode ainsi que la restauration) est notamment accusé, outre de nombreux viols de jeunes mannequins, d'avoir apporté en guise de cadeau d'anniversaire à son ami Epstein 3 Françaises âgées de 12 ans



Hier, lundi 10 août, le journal anglais The Sun a divulgué plusieurs photos inédites de Brunel et son amie aujourd'hui en détention provisoire Ghislaine Maxwell (fille de l'agent du Mossad Robert Maxwell).

 

 

Surprise, surprise : dans l'une d'entre elles (capturées en 2003 sur "l'île aux pédos" d'Epstein), il arbore fièrement une casquette à la gloire de Tsahal.

JLB

 

 

Nul étonnement, en réalité : contrairement aux abonnés de Mediapart et du Canard enchaîné, les lecteurs-souscripteurs de Panamza connaissent, depuis le début et en détail, le rôle-clé du lobby sioniste dans le réseau international tissé par Epstein.



Rappel : je fais personnellement l'objet d'une double tentative d'intimidation par le procédurier clan Epstein.

– judiciaire : agacée par mes révélations à son sujet, une ancienne comparse d'Epstein, dénommée Nicole Junkermann et proche de l'ex-Premier ministre israélien Ehud Barak, me menace formellement d'un procès.

 

 

– financière : ancien employé d'Epstein (en charge de la décoration de son "'île aux pédos") et accesssoirement veuf-devenu-milliardaire de Pierre Bergé, le designer américain (installé au Maroc) et co-propriétaire du journal Le Monde Madison Cox me réclame 5700 euros d'amende pour avoir prétendumment diffamé son ex-amant.

 

 

HICHAM HAMZA

Auteurfondateur du site Panamza et journaliste indépendant d'enquête

Contact : [email protected]

Pour souscrire un abonnement et/ou contribuer aux frais d'avocat, cliquez ICI

« Back home