« Back home

Vincent Bolloré, d’Edmond de Rothschild à Cyril Hanouna

INFO PANAMZA. Le nouveau patron de Canal+ a profondément été marqué par sa grand-mère : Nicole Goldschmidt, espionne qui a clandestinement collaboré à la création d'Israël.

Le 03.10.2015 à 18h27

Il fait l'objet d'innombrables articles dans la presse traditionnelle mais aucun d'entre eux ne rapporte en détail l'identité de celles et ceux qui l'ont idéologiquement façonné : le milliardaire Vincent Bolloré, 63 ans et 9ème plus grande fortune de France, est souvent décrié actuellement pour sa refonte brutale du groupe Canal+ depuis son accession à la tête du conseil de surveillance du groupe Vivendi.

Seul un haut cadre de l'ancienne équipe, dénommé Maxime Saada, a pu garder un poste de direction.

Il faut remonter plus loin dans le temps pour en savoir plus sur Vincent Bolloré, l'homme qui vient d'accorder un contrat exceptionnel (250 millions d'euros) à Cyril Hanouna, animateur vedette de Direct 8 (propulsé d'ailleurs par Bolloré, dès 2010) et parrain –comme l'avait révélé Panamza– d'une levée de fonds (organisée par le très sioniste "Fonds social juif unifié") qui sont destinés, chaque année, à des citoyens juifs en précarité et des associations caritatives israéliennes.

 



Le 9 mai 2003, le site de l'hebdomadaire Le Point publiait un portrait consacré à Vincent Bolloré et intitulé "Le Français qui veut se payer l'Italie". Extraits : 

Capable du meilleur et du pire, Vincent Bolloré est un fervent catholique. « J'aime cette religion parce qu'on peut se faire pardonner », reconnaît-il d'emblée. Amateur de grigris et de porte-bonheur, il n'hésite pas à ouvrir son portefeuille pour montrer les images pieuses qu'il contient ! (…)

Si Bolloré parvient facilement à se faire détester, il a aussi un talent incroyable pour se faire aimer. « Il est gai, au moins en surface, explique Antoine Veil, le mari de Simone, membre de son comité stratégique. La perspective de le voir, c'est un ensoleillement. » Quant à Antoine Bernheim, le dur, l'impitoyable banquier d'affaires, ex-pilier de Lazard, c'est les larmes aux yeux qu'il confie : « Vincent est merveilleux ! Je suis très triste quand je pense que je mourrai avant de l'avoir vu terminer son aventure industrielle. » De mauvaises langues ont dit que Vincent était le fils naturel d'Antoine Bernheim. (…)

A Paris, dans le 16e arrondissement, où ses parents ont très tôt élu domicile, il avait pour voisin et ami Olivier Dassault. (…)

Parmi les habitués, il y avait aussi Edmond de Rothschild et Edouard de Ribes, copains de jeunesse ou de lycée de son père. « Mon père est l'homme que j'ai le plus admiré », affirme Vincent Bolloré. En revanche, très peu de gens savent que la grand-mère maternelle de Vincent, Nicole Goldschmidt, qui avait épousé Henri Follot, a aussi beaucoup compté pour le jeune loup. Jusqu'à, selon un intime, le faire douter de sa propre identité. De fait, le parcours de cette femme exceptionnelle a de quoi étonner. Ralliée dès l'origine à la cause défendue par Charles de Gaulle, elle entre en résistance dans les services secrets du Général à Londres. Après guerre, sous la couverture de la Croix-Rouge, elle poursuivra une longue carrière d'agent secret au sein du service action du Sdece, assurant notamment les échanges avec ses homologues… israéliens. Cette femme, qui a caché sa vie à sa propre famille, était aussi une amie d'Edmond de Rothschild et des parents d'Antoine Bernheim, lui-même devenu un intime de la tante de Vincent. Cela expliquant – peut-être – pourquoi ces « bonnes fées » de l'establishment financier se sont intéressées de très près au destin du jeune héritier.

Décryptage :

* proche du père et de la grand-mère de Vincent Bolloré, le banquier Edmond de Rothschild (petit-fils d'un mécène historique du sionisme et membre du directoire du Bilderberg) était aussi le principal actionnaire de la papeterie familiale Bolloré ainsi que l'employeur du fils de 1976 à 1981.

Alors directeur-adjoint de la Compagnie financière Edmond de Rothschild, le jeune Vincent y côtoyait un certain Roger Cukierman, alors figure emblématique du puissant groupe bancaire et aujourd'hui président extrémiste du Conseil représentatif des institutions juives de France.

Le 5 mai, cette institution financière (qui embaucha également Emmanuel Macron, ministre de l'Économie et opposant catégorique au boycott d'Israël) inaugurait ses nouveaux locaux à Tel Aviv et profitait de l'occasion pour "réitérer", par l'intermédiaire de sa co-dirigeante Ariane de Rothschild (une mécène du site Streetpress), son "engagement familial" en faveur d'Israël.

 



* ancien associé vedette de la banque franco-américaine Lazard (elle aussi "contributrice de la cause d'Israël") et parrain financier de Bolloré, Antoine Bernheim (décédé en 2012) était le fils de Léonce Bernheim, "militant sioniste proche de Chaïm Weizmann, le principal fondateur et premier président d'Israël" selon Le Monde.

* ami d'enfance de Vincent Bolloré, Olivier Dassault est aujourd'hui un parlementaire issu d'une célèbre famille de fabricants d'armes  (d'ailleurs investis désormais dans la radio Beur FM fondée par Nacer Kettane, sympathisant d'Israël). Les Dassault jouèrent un rôle-clé en faveur du régime de Tel Aviv, lors de la Guerre des Six-Jours de 1967. Olivier est également vice-président du groupe Valmonde, propriétaire d'un magazine islamophobe et ultra-sioniste dénommé Valeurs actuelles. Son frère Laurent (à l'image, avec Benyamin Netanyahou) est lui-même particulièrement proche de la droite radicale israélienne.

Nicole Goldschmidt (1899-1993), grand-mère maternelle de Vincent Bolloré -qui aurait été influente au point de lui "faire douter de son identité" selon Le Point- a été non seulement agent secret pour le compte de la SDECE (ancêtre de l'actuelle DGSE) mais également assistante de Henri-Fille Lambie, patron du nouveau "service Action" d'après-guerre (en charge des assassinats) au sein des services secrets français. Elle a ainsi participé à une opération méconnue du grand public : la formation clandestine du "bataillon 55" auprès de la Haganah (mouvement sioniste et terroriste) qui a combattu contre les Britanniques en 1947 puis la Légion arabe en 1948 lors de la création sanglante d'Israël.




Goldschmidt-Rothschild-Bernheim-Dassault-Hanouna : l'attachement singulier de Vincent Bolloré –patron énigmatique qui a longtemps joué sur son image un brin simpliste de "Breton catholique" envers ces personnalités engagées dans le communautarisme juif et sioniste est un fait.

Reste à savoir si ce fait relève d'une rare et insignifiante coïncidence ou d'une orientation idéologique et occulte.

HICHAM HAMZA

Cet article vous a intéressé?

Soutenez le journalisme d'investigation de Panamza, la gazette de l'info subversive ! 

Rejoignez les followers de Facebook /Twitter/Youtube 

ET contribuez personnellement au développement fulgurant d'un site de plus en plus en danger.

Abonnez-vous ou faites un don ici pour renforcer le seul média menacé par le gouvernement !

13 responses to Vincent Bolloré, d’Edmond de Rothschild à Cyril Hanouna

  1. On octobre 3rd, 2015 at 21:10 , yalaoui said...

    BRAVO pour votre conscience de journaliste d'investigation et votre courage.

  2. On octobre 4th, 2015 at 00:24 , Breton said...

    Merci pour ces infos difficiles à trouver ailleurs et qui aide à mieux comprendre nos actualités.

  3. On octobre 4th, 2015 at 05:11 , Laurent Fournier said...

    Et bien, cela s'appelle du journalisme d'investigation!

  4. On octobre 4th, 2015 at 08:04 , Samir said...

    Travail journalistique hallucinant, l'histoire de ce que nous vivons depuis 40 ans se révèle enfin, des pans entiers de l'économie confisqués par une engeance souterraine, ce qui explique peut-etre la France devenue exsangue. Mais l'histoire est toujours en route…Merci Panamza !

  5. On octobre 4th, 2015 at 09:33 , Emir Abdelkader said...

    mais comment est ce qu'ils aient pu réussir sans qu'un PANAMZA les ai découvert depuis aussi longtemps obligé il y a des complicités c'est pour ce la qu'il faut les dénoncer pour pouvoir les contrer car ses vampires n'ont rien à faire du peuple et surtout des vrais juifs car quand on aura compris qui va encore payer l'addition ? ce ne sera pas ce chrétien qui propulse des sans talents "juif" sur d8!!!!

     

  6. On octobre 4th, 2015 at 11:34 , carrelli said...

    Panamza, vous êtes le digne heritier d'Emannuel Ratier et vous devriez "reprendre" la lettre dinfo "Fait et Document"…

  7. On octobre 4th, 2015 at 18:29 , Français et chrétien d'arrière garde said...

    Fin de mois difficiles chez les sionistes, un mauvais scénario peu crédible, les vendeurs de pleurniche sont de plus en plus mauvais, mais que fait la mafia ?

  8. On octobre 4th, 2015 at 23:01 , Moore Rainbow said...

    Merci pour les infos .La France est prise en otage par la vermine talmudo sioniste .

  9. On octobre 4th, 2015 at 23:06 , jha said...

    Haaaaaaaaaaaaaaa (soupir)…la planche à billet.Tonton l'USURE a eu une idée de génie de mettre la reine d'Angleterre dans la confidence…l'arnaque. 

  10. On octobre 6th, 2015 at 09:58 , le brebis galleux blog said...

    Oh la claque ! Bravo pour cette révélation !…

  11. On octobre 8th, 2015 at 16:32 , Yoann said...

    J'avais trouvé de mon côté sur internet l'arbre généalogique de Mme Goldschmidt, et je te préviens, ses racines atteignent les abîmes.

    J'étais étonné par le qualificatif de « Breton » qu'on acolle à Bolloré. « Breton », laisser son yacht à Sárközy ? retirer des tribunes à ses opposants ? « Bretonne », sa participation à Vivendi qui commet tant de musique mondialiste ?

    Voyons ce que sa biographie révèle. On sait que V. Bolloré a connu sa grand-mère maternelle, une certaine Nicole Goldschmidt (1899-1993), qui, d'après un vieil article biographique du Point, « a beaucoup compté pour lui ». Tiens donc ! Si elle est juive, alors Bolloré est juif conformément au Talmud, qui privilégie la lignée maternelle.

    Mais qui est cette N. Goldschmidt ? On sait qu'elle a habité dans le XVIe [ajout: et qu'elle fut agent secret en liaison avec le Mossad], là où s'est installée la haute-bourgeoisie juive depuis un peu plus d'un siècle : http://gw.geneanet.org/garric?lang=fr;p=nicole;n=goldschmidt
    Allez voir cet arbre généalogique. Il est IMPRESSIONNANT. On y trouve de grands noms de la finance ashkénaze, dont :

    * la famille Goldschmidt, remontant à Hayum, fiche Wikipédia

    * en ligne maternelle, Cerf Berr (1727-1793, fiche Wikipédia), dont l'influence fut décisive durant la Révolution pour émanciper les juifs

    Ce qui devrait nous mener aux Rotschild, qui ont mêlé ces deux combats : ce sont en effet les grands argentiers européens du sionisme depuis 150 ans. L'intuition est bonne. Ils sont liés à la famille Bolloré ! Par deux fois.

    1) un oncle de Nicole, Maximilian (°1843-1940), s'est marié à Minna Caroline von Rothschild (°1857-1903).

    2) l'entreprise Bolloré n'est rien d'autre qu'une entreprise de papier, avant le mariage du père de Vincent, Michel Bolloré (1922-1997), à Monique Follot, fille de Nicole Goldschmidt (https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Bollor%C3%A9).

    Les Rotschild ont pour stratégie l'endogamie. On se marie et on s'allie avec d'autres Rothschild, autant que possible ! Or, qui se retrouve directeur-adjoint de la Compagnie financière d'Edmond de Rothschild ? Le jeune Vincent, 23 ans.

    La boucle est bouclée !

  12. On décembre 20th, 2015 at 15:03 , Complo said...

    Merci pour les messages, ça m'a bien fait rire.

  13. On septembre 19th, 2016 at 02:03 , Zet said...

    On aura vraiment tout lu et entendu sur Bolloré… Merci de donner autant d'importance a une personne autant détesté, surtout par les auteurs de ce genre d'article…

     

    Ça tourne pas rond ou alors ça tourne en rond ? À méditer je pense …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


2 + = 8

« Back home